Piscine Traditionnelle en Béton : une vision à long terme

La piscine traditionnelle est une piscine en béton, maçonnée, de forme rectangulaire, le plus souvent accompagnée d’un liner et d’un filtre à sable. Ce type de construction représente la majorité des piscines enterrées. Elle mise plus sur le côté pratique qu’esthétique. Il est possible d’agrémenter ses finitions pour plus de confort car c’est une piscine sur mesure.

La piscine traditionnelle en béton est un bâti qui s’envisage sur le long terme. Elle coûte chère, elle est longue à construire mais on a l’assurance d’avoir une structure stable et durable.

La piscine traditionnelle la plus courante est une piscine maçonnée (Source image : Amis Piscine Lorraine)




Les caractéristiques d’une piscine traditionnelle

La piscine béton traditionnelle s’adresse aux personnes qui considèrent qu’une piscine est faite pour se baigner durablement. Il est question de plaisirs partagés en famille sur le long terme.

Une forme rectangulaire avec une longueur au moins égale à 2 fois la largeur

La piscine traditionnelle a une forme rectangulaire avec des dimensions qui varient d’une piscine à l’autre.

Pour une bonne harmonie visuelle, la règle de base est d’avoir une longueur égale au double de la largeur. Pendant longtemps les bassins de 5m sur 10 étaient les plus répandus, puis le 4 x 8 a pris le relais.

Cela étant, il n’est pas rare d’aller au delà de cette règle en construisant par exemple un rectangle de 5m sur 11 ou 12, de 4m sur 9 ou 10. La raison est simple : c’est la longueur du bassin qui donne une allure sportive à une piscine.

C’est l’environnement et l’emplacement prévu qui guident en grande partie le choix de la dimension du bassin : surface disponible sur le terrain, proximité avec le voisinage, installation ou non dans le prolongement de l’habitation, surface au sol de la maison.

Une piscine trop petite ne sera pas mise en valeur à côté d’une grande maison. Tandis qu’un bassin trop grand paraîtra disproportionné à côté d’une petite maison.

Une structure en béton, durée de vie 30 ans et plus

Le béton est le matériau le plus utilisé (traditionnel) pour la création de piscines enterrées car sa solidité et sa longévité ne sont plus à prouver. Il permet la construction de structures stables et homogènes (monobloc), prévues pour tenir des dizaines d’années.

Sur ce point, la piscine béton traditionnelle n’a guère de rivale. Elle peut s’adapter à tous types de terrains, en neutralisant durablement ses inconvénients éventuels : enrochement, remontées humides par le sol, légers mouvements de terrain.

Sa meilleure résistance au temps qui passe par rapport à ses cousines enterrées est notoire. Le bois enterré se trouvera fortement détérioré par l’humidité au bout d’une vingtaine d’années. Une structure polyester aura un comportement plus aléatoire face aux mouvements de terrain éventuels qui peuvent s’étaler sur des dizaines d’années. Idem pour les structures en panneaux métalliques.

Compatible avec tous les systèmes d’étanchéité et de finition intérieure

Le béton est un composite qui a une bonne étanchéité, mais il est nécessaire de lui ajouter un revêtement étanche pour éviter les fuites d’eau.

Et un des gros avantages du béton est sa compatibilité avec tous les types de revêtements étanche : liner, polyester, carrelage, peinture, béton ciré, enduit

L’intérêt est d’avoir une finition qui correspond bien à ses préférences personnelles : couleur du plan d’eau, rendu visuel, aspect au toucher. A noter que le liner est le revêtement le plus couramment associé aux piscines traditionnelles. Il offre un bon rapport qualité / prix : durée de vie d’une dizaine d’années pour un liner simple, agréable au toucher, une infinité de couleurs possibles de la plus claire à la plus foncée.

Comment construire une piscine traditionnelle en béton ?

La construction d’une piscine traditionnelle s’envisage sur le très long terme. Pour garantir la qualité de l’ouvrage, il est préférable que la structure béton réponde à des normes telles que le Béton Armé aux Etats limite (BAEL) en France ou Eurocode pour l’Europe au sens large.

Démarches administratives préalables à la construction d’une piscine béton

Ce type de construction est assujetti à des obligations administratives. Faites ça dans les règles. Comme il s’agit d’un ouvrage définitif, qui ne se démonte pas et qui a vocation à durer des dizaines d’années, cela finira par se savoir dans votre voisinage.

Que ce soit par dénonciation liée à des querelles de voisinage ou par un contrôle a posteriori, un oubli, volontaire ou non, pourra être lourdement sanctionné : rattrapage fiscal, amende, obligation de destruction, etc.

En France, il faut faire une déclaration préalable de travaux en mairie pour les piscines creusées dont la superficie est comprise entre 10m² et 100m². Il s’agit d’une liasse documentaire contenant un CERFA 13404, des plans et photos / images du terrain. Pour la construction d’une piscine avec une surface supérieure à 100 m2 ou s’il y a volonté d’abriter la piscine par un bâti de plus de 1,80m de haut, la demande et l’obtention d’un permis de construire sont obligatoires.

Sur ces points, l’interlocuteur privilégié est la mairie de la commune où auront lieu les travaux. Comme les règles d’urbanisme varient d’une commune à l’autre, et au sein d’une même commune (règles de lotissement, zones protégées, sites classés, etc), il vaut mieux ne pas faire d’impasse sur ces questions.

Il y a également des impacts fiscaux à prévoir car il s’agit d’un embellissement de l’habitat : taxe d’aménagement, taxe foncière, taxe d’habitation.

3 manières de construire une piscine béton

Les piscines traditionnelles en béton sont les plus longues à construire.

Piscine maçonnée à base de parpaings + ferraille

La technique la plus classique est de créer un radier en béton pour formaliser le fond de la piscine. Une fois qu’il est sec, on y empile des parpaings pour monter les parois. On renforce la structure avec de la ferraille et des piliers raidisseurs. On recouvre ensuite toutes les surfaces intérieures de ciment. Selon le type de parpaings utilisé, on peut éventuellement couler du béton à l’intérieur (conseillé).

La piscine en béton coulé / armé

C’est une version améliorée de la technique précédente. On part ici de coffrages ou de blocs à bancher que l’on ferraille et dans lesquels on coule du béton. On obtient ainsi une structure en béton armé. La construction à base de panneaux de coffrage étant plus rapide. Une fois les coffrages enlevés, on recouvre aussi les surfaces intérieures de ciment.

La piscine en béton projeté

Comme son nom l’indique, cette méthode consiste à propulser du béton sous pression sur une base de ferraille préalablement posée. C’est une technique coûteuse surtout utilisée pour des bassins en béton de formes rondes (parois, fond).

Toutes ces méthodes permettent d’avoir une structure monobloc et sur-mesure. Elles supposent un temps d’attente plus ou moins long avant de passer aux finitions du revêtement intérieur (étanchéité, finition). Il faut bien entendu ne pas oublier d’intégrer les pièces à sceller lors du montage : skimmer, buse de refoulement, projecteurs, bonde de fond et prise balai éventuelle.

Le restant du chantier consiste au raccordement hydraulique et électrique des éléments pour la filtration / circulation de l’eau et l’éclairage de la piscine. Viennent ensuite la création de margelles et de plage ou terrasse autour du bassin.

Faire soi-même ou choisir une formule “Prêt à plonger” ?

Le prêt à plonger est la solution de facilité et de tranquillité, mais c’est de loin la plus chère. Comptez 15-20000 euros minimum pour du 8 par 4 à fond plat avec liner et filtre à sable.

Beaucoup font donc le choix de se lancer seuls dans la construction car ça coûte moins cher. Sur ce point, le prix est variable selon la superficie de la piscine, le rendu final que l’on souhaite pour son coin piscine et à la méthode de construction utilisée.

Chez les auto-constructeurs, il est fréquent de se faire assister au moins sur une partie du chantier. Fouille / terrassement ; radier ; montage de la structure ; pose du liner / revêtement ; système hydraulique et/ou électrique (filtration, etc) ; démarrage de la piscine.

La construction d’une piscine traditionnelle est plus longue que d’autres types de piscine enterrée. Elle est conditionnée par les aléas climatiques qui peuvent retarder le chantier. Il y a aussi un laps de temps nécessaire au séchage du béton (parfois plusieurs semaines) avant de passer à la finition du bassin (pose d’un liner par exemple).


Pour conclure,

Les piscines traditionnelles en béton sont les plus chères et les plus longues à construire, mais ce sont les plus durables et les plus personnalisables. La plus classique de ce type de piscine a une forme rectangulaire, une structure en béton armé, recouverte d’un liner et avec une filtration à sable.

Que ce soit pour du kit ou du prêt-à-plonger, il est bienvenu de faire au moins 2 ou 3 devis comparatifs. En faisant appel aux entreprises locales, vous nouez des liens précieux pour l’entretien et la maintenance future de votre piscine. Et vous bénéficiez aussi de leur expertise sur les usages techniques et les aspects réglementaires locaux.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire