Hivernage actif piscine : Qui, Quand, Pourquoi, Comment ?

Hivernage actif Piscine

L’hivernage actif pour profiter du visuel de sa piscine pendant l’hiver

L’hivernage actif est la solution la plus simple pour hiverner une piscine, mais tout le monde ne peut pas le faire. Le principe est de filtrer la piscine entre 1 et 3 heures par jour. La piscine tourne au ralenti.

Intérêts de l’hivernage actif

– On profite du visuel de sa piscine lorsqu’elle n’est pas couverte / bâchée.
– Facile à mettre en oeuvre, en comparaison à l’hivernage passif (ou hivernage total) qui demande plus de travail.
– Qualité de l’eau préservée via filtration / traitement de l’eau à minima.
– Pompe protégée contre un éventuel grippage dû à un arrêt prolongé.
– Remise en service plus simple et souvent moins chère lorsque les beaux jours reviennent.

Inconvénients
– Surveiller et vérifier le bon fonctionnement de la piscine et de ses équipements : filtration, équilibre de l’eau (pH, taux de désinfectant), niveau d’eau, ajout de produits.
– Continuer à nettoyer la piscine : vider les paniers de skimmers, nettoyer les cartouches, passer l’aspirateur…

Hivernage actif piscine : Pas pour tout le monde…

L’hivernage actif s’adresse plutôt aux piscines situées dans des zones où la période hivernale est froide, mais pas glaciale. De préférence dans les régions aux hivers doux.

Il est aussi privilégié pour les piscines équipées d’un système de chauffage (pompe à chaleur, fioul, gaz, électrique ou autre). On peut le faire tant que l’on est certain que la température de l’eau ne descendra jamais au point de geler plusieurs jours d’affilée.

Comme la météo peut se révéler parfois très capricieuse avec des régions qui connaissent par moments des hivers anormalement glacials, il est recommandé d’avoir à minima un coffret hors-gel pour démarrer automatiquement la pompe de filtration lorsque la température de l’eau se rapproche de 0°C.

Le plus gros risque est le gel de l’eau dans le circuit hydraulique

Le gel de l’eau dans les canalisations et les équipements (pompe, filtre) risque en effet de causer des dégâts irréversibles. Les coûts et désagréments pour la remise en état ou la mise en hivernage total d’urgence pouvant être importants.

Cela se produit surtout la nuit… Vous voilà averti !

Si les hivers sont rudes et glacés (températures inférieures à 0°C, neige, gel sur de longues périodes), si vous n’avez pas de système de chauffage, à minima un coffret anti-gel, ou si vous doutez que la météo hivernale vous sera favorable, autant oublier l’hivernage actif et privilégier un hivernage passif.

Comment mettre une piscine en hivernage actif ?

C’est très simple, il y a 3 éléments à prendre en considération.
Il faut réduire le temps de filtration, stopper le traitement de l’eau et débrancher les régulateurs automatiques éventuels (pH, électrolyse). Pour cela, il faut se caler sur la température de l’eau.

1 – La température de l’eau donne le tempo de ce type d’hivernage

A partir du moment où l’eau descend sous 15°C, le traitement chimique peut être réduit au minimum car les algues et micro-organismes s’y développent beaucoup moins. Comme il n’y a plus de nageurs par ailleurs, c’est autant d’apport en impuretés et agents extérieurs en moins.

Tant que l’eau est supérieure à 12°C, il faut continuer à filtrer normalement.
Temps de filtration = température de l’eau / 2 (soit 7 heures pour une eau à 14°C).

Si l’état de l’eau l’impose ou par sécurité, il peut être pertinent de faire au préalable un traitement choc (chlore choc, peroxyde d’oxygène, hypochlorite de calcium ou oxygène actif) en laissant tourner la filtration pendant 24h. Puis de brosser / nettoyer complètement la piscine et rincer le filtre.

L’hivernage actif commence vraiment quand la température de l’eau avoisine les 12°C. Sous ce seuil, les agents pathogènes, algues et microbes ne se développent plus. L’entretien devient alors limité.

Dès que la température devient inférieure à 12°C, il faut filtrer à minima.
Temps de filtration = température de l’eau / 3 (soit 4h pour une eau à 12°C, 3h pour 9°C, 2h pour 6°C).

Par la suite, il suffit de vérifier la température de l’eau. Les variations dictent la manière de procéder au quotidien. Pour cela, vous pouvez reprogrammer l’horloge du coffret électrique.

2 – Traitement de l’eau à minima, tout en continuant à contrôler l’eau et à nettoyer la piscine

Au niveau du traitement, il est judicieux de distiller un produit d’hivernage fongicide, ainsi qu’un anti-calcaire en fonction de la dureté de l’eau.

Pour le reste, il n’y a plus lieu de traiter l’eau ou alors en ne laissant que 1 ou 2 galets de chlore lent dans les skimmers.

Il faut cependant vérifier l’équilibre de l’eau de temps en temps (pH, alcalinité, dureté, taux de désinfectant) en rééquilibrant le pH si nécessaire.

De même que continuer à vider les paniers des skimmers, de la pompe et à sortir l’épuisette et l’aspirateur en cas de besoin.

Attention, si vous envisagez d’utiliser votre robot électrique pendant l’hiver. C’est une mauvaise idée, car leurs cartes électroniques et leurs circuits supportent mal l’eau froide (en général).

3 – Débrancher les régulateurs automatiques et paramétrer le coffret hors-gel

Enfin, il faut stopper le fonctionnement des appareils automatiques : régulateur pH, électrolyseur…

Le pH a tendance à monter (au dessus de 7,5) dans les eaux chaudes et en réaction aux produits désinfectants ou au brassage de l’eau. Comme le dosage de désinfectant est faible en hiver, que l’eau est froide et peu brassée, il ne vous sert à rien. Le pH variera peu, avec une légère tendance à la baisse. Autant débrancher le régulateur et protéger la sonde pour qu’elle ne soit pas dégradée par le froid (cf notice).

Les cellules d’un électrolyseur au sel ne supportent pas l’eau froide : elle les dégrade. Pour cela, il faut court-circuiter le passage de l’eau en fermant les vannes correspondantes et entourer le bloc de l’électrolyse à l’aide d’un chiffon / tissu pour le protéger du froid.

Un coffret hors-gel n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé pour éviter le gel à la surface de l’eau.
Grâce à une sonde que l’on règle pour réagir avant que l’eau ne gèle (généralement à 2 ou 3°C), il met en marche la pompe de filtration dès que cette température est atteinte.

A défaut, et s’il y a risque de gelées ponctuelles lors des nuits particulièrement froides, il existe une méthode de secours en cas de besoin :
– fermer à moitié les vannes des skimmers.
– ouvrir entièrement les vannes bonde de fond et refoulements.
– vanne multivoie en position « circulation ».
– programmer la filtration pour brasser l’eau pendant la nuit de 5 à 10 minutes toutes les 3 heures (20h-23h-2h-5h par exemple).

En hiver, l’eau en profondeur est un peu plus chaude que celle de surface. Le fait d’ouvrir la bonde de fond permet à l’eau chaude de remonter en surface.


L’hivernage actif n’est pas compliqué à mettre en oeuvre, mais il nécessite de surveiller la piscine. Le pire qu’il puisse arriver en période de gel est une coupure électrique. Si le froid et le gel s’installent durablement et que vous êtes en panique ou ne savez pas comment faire, il est judicieux de faire appel à un pisciniste pour vous assister.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous ou recevoir un conseil personnalisé. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.
  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire