A propos des algicides et produits pour lutter contre les algues de piscine

lutte-algues-piscine

Pas toujours facile de maintenir une eau cristalline !

Lutter contre les algues est un passage obligatoire pour qui possède une piscine. C’est une constante pour les piscines extérieures, surtout en saison chaude ou estivale. Ca l’est moins pour les piscines sous-abris ou d’intérieur.

Ce n’est pas toujours facile, mais il est important de savoir reconnaître les types d’algues et leur origine, pour lutter contre leur développement et leur prolifération.

Que ce soit en traitement préventif ou curatif, il faut utiliser des produits anti-algues ou algicides, reconnus pour leur efficacité contre ce type de nuisance dont on se passerait volontiers.

Une piscine, surtout en été, réunit naturellement toutes les conditions pour un développement rapide de ces micro-organismes : humidité, chaleur, lumière. Or les algues sont à la base de la chaîne alimentaire des agents pathogènes de piscine telles que bactéries, amibes ou champignons. Il faut donc agir.


L’algue de piscine : portrait

L’algue de piscine la plus courante est une algue diatomée mono-cellulaire plus ou moins robuste.

Son origine est généralement extérieure au bassin

Son origine est extérieure au bassin. Elles est apportée sous forme de spore via le vent, les baigneurs, les animaux et les insectes en contact avec l’eau. Ou encore, dans l’eau que vous utilisez pour (re)remplir votre bassin.

Sa croissance est liée au principe universel de la photosynthèse

Sa croissance est liée à une combinaison de facteurs propices à son développement. Au premier rang desquels l’eau, la lumière et la chaleur qui permettent la photosynthèse.

Rappel : La photosynthèse est le processus bio-énergétique qui permet aux plantes et à certaines bactéries de synthétiser de la matière organique (carbone, azote, oxygène, hydrogène, phosphate, sels minéraux…) en exploitant la lumière du soleil en milieu humide.

La prolifération des algues est donc inévitable

Comme toutes les plantes, l’algue utilise la chlorophylle, dont le pigment vert nous est si familier, pour capter l’énergie lumineuse. Elle la transforme en une énergie chimique capable de recombiner la matière organique en une synthèse vivante. Ainsi, plus il y a de lumière, plus la croissance des algues est possible et plus le risque de prolifération est fort.

C’est une forme de vie dite prolifique. Elle se reproduit en se scindant en 2 parties (scissiparité) et en se multipliant sur ce modèle. La prolifération est donc exponentielle.

Pour croître et continuer sa prolifération, elle se nourrit d’azote, de phosphates et de sels minéraux que l’on trouve en abondance dans l’eau. Surtout quand elle est chaude et alcaline (pH élevé, proche de 8 et au delà).

Les algues peuvent proliférer en suspension ou à la surface de l’eau, mais trouvent le plus souvent un point d’ancrage sur une paroi ou un élément fixe quelconque. Elles sont alors plus difficiles à éradiquer.

En piscine, on cherche à aller à l’encontre de ce cycle naturel

Sans traitement désinfectant et sans filtration, il est théoriquement possible de voir la progression des algues à l’œil nu s’il y a conjonction entre un pH alcalin, une température suffisamment élevée et une lumière suffisamment abondante.

En piscine, on cherche à aller à l’encontre de ce cycle naturel de la vie en limitant les possibilités de photosynthèse. C’est le but de tout le travail d’équilibrage, de désinfection et de filtration de l’eau. Et on le limite aussi en nettoyant le bassin et ses équipements : sortir l’épuisette, éponger la ligne d’eau, évacuer les déchets de fond avec un balai aspirateur ou un robot.

Mais les algues sont plus ou moins robustes. Malgré tous vos efforts, elles sont aussi capables de se mettre en sommeil lorsque la température et la lumière sont moins abondantes ou pour se protéger face à une attaque chimique (traitement désinfectant). Et dès que les conditions sont à nouveau favorables, elle sort de sa coquille pour proliférer à nouveau.

La prolifération d’algues a des conséquences diverses mais rarement catastrophiques

Outre l’aspect visuel, souvent peu engageant voire rédhibitoire pour la baignade, les conséquences peuvent être multiples.

Impact sur l’eau. Les algues nourrissent les bactéries et les champignons. Cela peut nuire à la qualité sanitaire de l’eau. Sans compter qu’une eau qui vire au vert opaque nous renvoie loin de l’image de carte postale que peut susciter une piscine magnifique à l’eau cristalline.

Impact sur le bassin. Coloration des équipements (skimmers, buses, projecteurs). Coloration du revêtement (liner, joints de carrelage, etc). Encrassement du système de filtration.

Impact pour les baigneurs. L’algue n’a pas d’impact direct pour la santé humaine mais les bactéries et champignons qui s’en nourrissent peuvent être sources de nuisances (plaques, rougeurs, démangeaisons) ou d’incidents plus graves (allergies, diarrhées, contamination bactérienne).

Impact sur la sécurité. Les surfaces de la piscine peuvent devenir visqueuses, ce qui peut être à l’origine de glissade ou d’accident.

 

A propos des algicides, anti-algues et produits pour lutter contre les algues

Bien que les algicides sont largement utilisés, ils ne sont pas exempts de défaut. En fait, ils sont souvent inefficaces si on les utilise en traitement curatif, une fois que les algues ont proliféré. Il faut les utiliser de manière préventive ou en complément d’un désinfectant.

Une piscine correctement désinfectée et filtrée ne peut pas être envahie par les algues

La lutte contre les algues désigne tout élément nécessaire pour limiter leur croissance et leur multiplication. Et il faut se battre sur plusieurs fronts à la fois.

D’un côté, il faut les détruire et les enlever de l’eau. De l’autre, il faut éliminer toutes les conditions qui leur permettent de s’alimenter ou de se mettre en situation d’attente de conditions favorables à leur développement et à leur prolifération.

Dans l’écrasante majorité des cas une prolifération d’algues est due à une erreur dans le travail d’équilibrage, de désinfection et de filtration de l’eau. Et souvent à cause de circonstances involontaires : une absence, un oubli, une ignorance, un manque d’attention ou une panne matérielle.

Pour lutter contre les algues ou faire en sorte de ne pas en avoir, il faut :

– Vérifier et rectifier l’équilibre de l’eau si nécessaire (pH, alcalinité, dureté, niveau de désinfectant).

– S’assurer que la pompe et le filtre fonctionnent correctement (ni trop sale, ni encrassé, temps de filtration correct).

– Nettoyer son bassin pour en retirer les résidus : épuisette pour les plus gros déchets, nettoyage des surfaces et de ligne d’eau, aspiration des dépôts collés au fond.

La plupart des désinfectants de piscine sont déjà des algicides

On utilise un produit anti-algues ou algicide pour compléter le traitement chimique du désinfectant principal lorsque celui-ci n’est pas (assez) algicide.

Les désinfectants les plus courants sont déjà des algicides. Par exemple le chlore, le brome, l’oxygène actif, les ultra-violets ou le cuivre ont un pouvoir algicide. Notez que le chlore est par ailleurs un oxydant : il ronge, détruit et décompose les micro-organismes, et donc les algues.

L’algicide ne s’utilise que lorsque le désinfectant ne l’est pas ou pas assez : PHMB par exemple.

Un traitement choc est souvent le meilleur remède

Avant de penser à mettre un algicide, il faut toujours essayer un traitement choc (tuto ici).

L’algicide est un poison qui pénètre les micro-organismes pour perturber leur équilibre vital. Mais certaines souches peuvent lui résister ou s’y accoutumer. Ainsi, le même algicide peut devenir moins efficace face à un même type d’algue.

En fonction des aléas de la vie du bassin, il pourra même être inefficace. Le traitement choc à l’oxygène actif, au chlore ou au brome est souvent radical et suffisant, pourvu que l’on retire (filtre) les algues mortes ensuite. Il faut donc choisir le bon anti-algues en fonction du problème rencontré.

Attention à la terminologie employée par les industriels !

Le terme ‘algicide’ est très employé en piscine et désigne des produits qui ont parfois des applications différentes.

Il faut trouver le produit qui correspond à votre type d’algue et à ce que voulez faire.

Le plus connu est l’algicide qui permet de rattraper une eau verte (algue verte commune), mais la plupart des algicides ont uniquement une action préventive .

D’autres adressent uniquement la prolifération d’un type d’algue. Les algues moutardes ou les algues noires en particulier.

Certains ne sont pas des biocides. Ils stoppent la prolifération des algues par neutralisation des phosphates dont se nourrissent les algues, mais n’éliminent pas et ne tuent pas les algues existantes.

Certains algicides ne s’adressent pas aux piscines. Ils visent à détruire les mousses et les lichens sur les margelles et les plages de piscine. Ce sont alors des produits algicides de même type que ceux utilisés pour enlever les mousses / lichens sur les toitures ou les murs.

Enfin, il existe des produits dits algicides qui ne sont en fait que des clarifiants. Et il existe des produits anti-algues multifonction qui agissent sur tous les terrains : désinfection, anti-propagation, éradication 360° (voir sur Amazon).

Quelques rappels de base pour lutter contre les algues

Dans tous les cas, il faudra nettoyer le bassin (brossage, aspiration) et augmenter le temps de filtration en conséquence après le traitement anti-algue, pour retrouver une eau saine et cristalline. Ca peut pendre plusieurs jours.

Pensez à équiper votre piscine d’une couverture opaque pour empêcher la lumière de passer.

Gardez à l’esprit qu’une piscine d’extérieur non-couverte et entourée d’une nature prolixe pourra difficilement se passer d’un traitement anti-algue de temps en temps. A l’opposé, l’action du chlore pourra suffire pour les piscines sous abris ou les piscines d’intérieur.

Pour le choix du produit, fiez-vous à votre expérience et expliquez votre problème dans un magasin spécialisé, sur un forum ou à un professionnel. A force d’expérience, vous connaîtrez les produits les plus efficaces selon le type d’algue. Ce ne sont pas toujours les plus chers, ni les plus visibles.

 

Sachez qu’il existe des entreprises spécialisées dans l’entretien de piscine. Elles peuvent intervenir ponctuellement ou prendre en charge l’entretien de votre piscine, à l’année ou sur une période plus courte.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


14 Réponses pour A propos des algicides et produits pour lutter contre les algues de piscine

  1. triscos 30 juin 2015 à 22 h 22 min #

    Bonsoir, des algues sont présentes dans ma.piscine .A 22h je viens d’y verser un anti algues. Dans combien d’heures je pourrais me baigner ?
    Remerciements.

    • Anthony 1 juillet 2015 à 10 h 04 min #

      Quand il aura fait effet… Ca dépend de la taille du bassin = volume d’eau.

  2. HUGON 21 décembre 2015 à 15 h 49 min #

    j’ai une piscine bois hors-sol que j’ai mise en hivernage passif avec un produit d’hivernage Je viens de tester l’eau qui ne contient plus de chlore. Dois-je en ajouter ? le PH est bon. merci pour vos réponses

  3. MERSAK 4 mai 2016 à 8 h 28 min #

    J’ai une piscine couverte avec un volet roulant. Comment faire pour empêcher la formation d’algues vertes dans les rainures du volet.
    La piscine est traitée pare le chlore liquide. Filtre à sable éxistant.

    • Anthony 5 mai 2016 à 7 h 30 min #

      Bonjour
      Il faut maintenir l’équilibre de l’eau autant que possible (pH, TAC, chlore, etc) et brosser / nettoyer les rainures du volet à la main (éponge ou jet d’eau) lorsque nécessaire.

  4. BARBIERI 4 juillet 2016 à 17 h 10 min #

    Bonjour,

    J’ai réglé le pH de la piscine (pH-mètre électronique) entre 7 et 7,5.

    J’ai ajouté du chlore choc (acide trichloro-isocyanurique) en quantité adéquat et j’ai attendu 1 semaine.

    J’ai ajouté de l’anti-algues en quantité adéquat.

    Combien de temps il faut environ pour récupérer une eau propre (ma piscine fait 50 m3).

    Merci pour votre réponse.

    Bien cordialement.

    • Anthony 5 juillet 2016 à 8 h 03 min #

      Bonjour
      Filtrer et traiter tant que ce n’est pas à votre convenance.
      Il n’y a pas de règle type. Ca peut prendre 48 heures comme plusieurs jours…
      Ca dépend de la météo, de la température / âge / composition de l’eau (désinfectant, pH, TAC, etc), du filtre (type, état de la matière filtrante, puissance de la pompe).

  5. Clément 10 août 2016 à 13 h 59 min #

    Bonjour,

    J’ai une piscine hors sol et le fond est rempli de quelques chose de couleur ocre.

    J’hésites entre du sable et des algues moutardes.
    J’ai été voir un vendeur de produits pour piscine qui m’a indiqué que ce devait être des algues et m’a vendu un algicide concentré que j’ai mis hier en laissant le filtre tourner et rien à faire.

    Du coup je me demande si c’est réellement des algues, comment puis-je savoir ?

    Dès lors que je passe au fond une brosse type nettoyage de parois ou mon aspirateur autonome la couche part en “fumée” de poussière.

    Merci d’avance pour votre réponse,
    Cordialement

    Clément

    • Anthony 12 août 2016 à 9 h 19 min #

      Bonjour
      A priori c’est des algues moutardes. Pour l’aspiration manuelle au balai, il faut aller très très lentement.
      Eventuellement mettre un floculant pour agglomérer les dépôts afin de les aspirer plus facilement.

      Pour savoir si c’est du sable, vous pouvez ouvrir le filtre pour voir l’état et le niveau de sable.
      Il doit y en avoir au moins jusqu’au 2 tiers du filtre.

      Autre indicateur, la vanne multivoie qui craque quand on la manipule, comme lorsqu’il y a “un grain de sable dans le rouage”.
      Des retours de sable arrivent quand le sable est vieux. Il faut alors le changer. Ca se fait tous les 5 à 7 saisons.
      Ca peut aussi arriver lorsqu’une pièce intérieure du filtre, souvent une crépine, se casse (perd une lamelle). Ou bien qu’elle se desserre ou déclipse (ça dépend des filtres). Cette situation n’apparaissant que si les crépines ont été manipulées suite à un changement de sable par exemple, car elles sont inaccessibles quand le filtre est plein de sable. Autrement dit, quasiment jamais sur un filtre qui n’a jamais été manipulé à cet endroit là et qui n’est pas constamment en surpression (ca peut aussi être lié à une surpression du circuit hydraulique).

      • Clément 13 août 2016 à 17 h 21 min #

        Bonjour,

        Merci pour cette réponse.

        Le problème de l’aspiration manuelle est que c’est un balais manuel à batterie donc aspiration assez puissante.
        Du coup pas trop de solution…

        Quel type de balais entendiez-vous ? Pour rappel c’est une piscine hors sol du coup pas de prise balais.

        Clément

        • Anthony 16 août 2016 à 8 h 30 min #

          Bonjour
          Je parlais d’un balai manuel branché sur un skimmer. Mais en théorie, votre balai autonome devrait faire l’affaire. Il faut aller très (très) doucement, dans les 2 cas, pour éviter la remise en suspension.

  6. Joel 14 août 2017 à 19 h 54 min #

    bonjour dois je arreter la filtration quand je verse l anti algues bien cordialement

    • Anthony 16 août 2017 à 7 h 27 min #

      Bonjour
      Regardez les consignes sur le produit.
      Vous pouvez aussi mettre la vanne du filtre en position circulation

Laisser un commentaire