Pourquoi et comment stabiliser le traitement au chlore (sans sur-stabiliser) ?

stabilisant-chlore-piscine

S’utilise pour prolonger l’action du chlore. Attention à la sur-stabilisation…

Le traitement au chlore est très réactif aux rayonnements ultraviolets. Le chlore disparaît sous l’action du soleil. Pour le protéger, on ajoute de l’acide cyanurique. Dans la terminologie des piscines, ce produit est plus connu sous le nom de stabilisant.

Cependant, il faut prendre ses précautions car l’usage de stabilisant, bien que non dangereux pour la santé, peut avoir des conséquences sur la filtration et la désinfection de l’eau, s’il est mal dosé et non contrôlé.


Pourquoi utilise-t-on un stabilisant avec un traitement au chlore ?

Sans stabilisant, on est obligé de rajouter du chlore en permanence.

L’acide hypochloreux (ou chlore libre) qui est libéré par les désinfectants chlorés est très sensible au soleil : il est détruit par les rayons UV.

Les chimistes ont cherché un moyen pour diminuer cette destruction tout en conservant les propriétés désinfectantes de l’acide hypochloreux. Seul l’acide isocyanurique, appelé stabilisant, répond à ces contraintes : il agit comme un filtre à ultra-violets, permettant de prolonger la durée de vie du chlore libre et donc son action désinfectante.

Les produits chlorés pour piscine privées se présentent sous forme stabilisés (galets, pastilles et sels avec stabilisant inclus) ou non stabilisés (hypochlorite de sodium, de calcium ou de lithium). Il faut varier le traitement au chlore, en utilisant les 2 formes de produits chlorés (stabilisés + non stabilisés) car le stabilisant a un petit inconvénient.

Inconvénient du stabilisant : il ne s’évapore pas

L’acide cyanurique ne se dissout pas dans l’eau. Il s’accumule. Passé un certain seuil de stabilisant dans l’eau, il rend le chlore inactif.

Il est indispensable pour protéger le chlore des rayons UV et il faut qu’il soit suffisamment présent dans le bassin pour prolonger effectivement l’action du chlore. Mais son inconvénient majeur, qui justifie qu’on l’utilise en connaissance de cause et avec précaution, est qu’il ne se dégrade pas et reste présent dans l’eau.

Ainsi, à chaque fois que l’on ajoute ce produit, sa concentration augmente et passé un certain taux, le stabilisant inhibe l’action du chlore. Ce phénomène s’appelle la sur-stabilisation.

Le symptôme typique d’une sur-stabilisation se manifeste de la manière suivante :
– traitement au chlore correctement administré et dosé.
– une analyse de l’eau qui appuie le fait que le taux de chlore est correct.
– et pourtant, l’eau se trouble, verdit avec des algues qui se développent et prolifèrent.

Eviter la sur-stabilisation ou comment bien doser le stabilisant ?

S’équiper de matériel de contrôle du taux de stabilisant

Il est possible de contrôler le taux de stabilisant dans l’eau à l’aide de bandelettes de test. Ce type d’accessoire est un must have si votre piscine est traitée au chlore.

C’est une opération qu’il faut faire au moins 1 à 2 fois par an.

Respecter les recommandations de dosage

En dessous de 20 mg/l (ou 20 ppm) le stabilisant ne protège pas le chlore des rayons UV. Au delà de 75 mg/l, il inhibe le pouvoir désinfectant du chlore.

Taux de stabilisant idéal : entre 20 et 30 mg/l
Taux de stabilisant acceptable : entre 50 et 60 mg/l
Taux de stabilisant > 70 mg/l : eau sur-stabilisée (pouvoir de désinfection diminué).

Un galet classique de chlore stabilisé de 200 g peut libérer jusqu’à 100 g d’acide cyanurique dans le bassin. Il faut donc rapidement adopter le réflexe de contrôler le taux de stabilisant.

Pour retarder la sur-stabilisation, il faut varier les types de chlore utilisés.

Renouveler 30 à 50 % de l’eau du bassin chaque année

Pour les piscines de plein air, ce remplacement d’eau se fait sans que l’on s’en rende vraiment compte. Entre l’utilisation de la piscine et la chaleur, l’eau s’évapore de façon naturelle. Et l’on renouvelle l’eau petit à petit, sans forcément avoir besoin de vidanger partiellement le bassin. Si en plus, la piscine est mise à l’arrêt complet lors de l’hivernage (nécessité de baisser le niveau d’eau sous les skimmers et buses de refoulement), le renouvellement se fera d’autant plus mécaniquement.

Pour les piscines d’intérieur ou sous abris qui sont utilisées tout au long de l’année, il faudra prévoir un moment pour réaliser une vidange partielle du bassin.

Que faire en cas de sur-stabilisation ?

En cas de sur-stabilisation, la vidange partielle du bassin (au moins 30% de l’eau) est la seule alternative possible.
Il faudra ensuite remplir le bassin avec de l’eau nouvelle, et commencer par un traitement choc non stabilisé pour désinfecter et rendre la nouvelle eau saine et propre pour la baignade.


En cas de besoin, il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


2 Réponses pour Pourquoi et comment stabiliser le traitement au chlore (sans sur-stabiliser) ?

  1. Pascal28 5 septembre 2016 à 13 h 25 min #

    Bonjour,

    Besoin de vos conseils, Suite à une sur stabilisation de ma piscine (40m3) j’ai un taux supérieure à 120, je dois vidanger ma piscine coque (40%) puis remplir de nouveau la piscine puis re vidanger de 40% ??

    Une fois cela réglé, pour partir sur de bonne base faut il traiter une semaine au chlore stabilisé multi fonction et la semaine suivante au chlore non stabilisé ?

    En vous remerciant par avance.

    • Anthony 7 septembre 2016 à 14 h 36 min #

      Bonjour
      Idéalement il faudrait vider en une seule fois le volume d’eau nécessaire et re-remplir aussitôt.
      Cubage à calculer en fonction du volume de la piscine pleine d’eau et du taux de stabilisant souhaité (Taux de stabilisant idéal : entre 20 et 30 mg/l).
      Donc dans votre cas, 5/6eme de l’eau si stabilisant a 120mg/l (120 / 6 = 20mg/l)
      A cause des risques de remontée de la coque (pression du terrain autour) si elle reste vide trop longtemps ou d’inondation si pas d’évacuation vers l’égout (votre cas semble-t-il), on peut être amené à la faire en plusieurs fois. Ce qui est dommage car coûte plus cher en eau.
      Autre solution = faire intervenir une entreprise de pompage comme les entreprises qui vidangent les micro-stations d’épuration et les fosses sceptiques.

      Au redémarrage, mettre en place la désinfection chlore stabilisé mais faire rapidement un traitement choc pour “tuer” tous les germes / bactéries de l’eau de remplissage. Et se concentrer sur la stabilisation du pH en jouant sur l’alcalinité : en rehaussant le TAC, le pH devrait monter un peu sans faire de yoyo (eau tamponnée)

Laisser un commentaire