Au secours ! Les algues ont envahi ma piscine…

rattrapage-eau-verte-piscine

Oups… On dirait que les algues ont pris possession des lieux!

Une eau de piscine qui change de couleur, souvent vers un vert si foncé et opaque qu’on ne voit plus le fond du bassin, avec des parois visqueuses et glissantes, est la conséquence d’une prolifération d’algues.

Beaucoup de propriétaires de piscine en font un jour ou l’autre l’amère expérience. Ca ne fait jamais plaisir, c’est un peu déprimant et ce n’est pas engageant pour la baignade. Si c’est votre cas, rassurez-vous ! Rien de dramatique !

Cependant, si vous êtes en cours de vente de votre bien immobilier, sachez que c’est un élément rhédibitoire qui influera sur le prix et/ou le délai de vente.

Les causes peuvent être variables mais sont en général faciles à trouver. Une fois identifiées, il va falloir agir pour retrouver une belle eau cristalline (et faire en sorte que ça ne se reproduise plus…).


Pourquoi les algues ont-elles envahi la piscine ? 4 origines probables

La prolifération d’algues est liée à 4 facteurs principaux, pouvant se cumuler les uns aux autres. Il peut s’agir d’un incident lié au traitement de l’eau, au système de filtration, à l’entretien du bassin ou à une eau trop chaude.

L’origine peut être technique (panne d’un régulateur automatique, évènement climatique atypique) ou humaine (négligence, oubli).

1 – Un problème avec le traitement de l’eau : équilibrage et/ou désinfection

L’origine la plus fréquente est une anomalie dans le dispositif de traitement de l’eau, soit au niveau de l’équilibre de l’eau, soit dans le système de désinfection. Les deux éléments pouvant se cumuler.

Un pH mal réglé : 90% des cas !

Si le pH ne correspond pas à celui préconisé pour le désinfectant utilisé (chlore, brome…), le désinfectant n’est pas 100% efficace. Les algues se développent surtout dans les eaux basiques et alcalines.
– Le chlore perd de son efficacité hors des bornes suivantes : 7,2 > pH > 7,5.
– Le brome est surtout efficace lorsque le pH est élevé : 7,5 > pH > 8,2.

Plus d’infos ici : pH et piscine, équilibre de l’eau.

Une anomalie dans la désinfection

Des produits désinfectants qui
– ne sont pas choisis correctement (mauvaise qualité, inadapté au type d’eau),
– ne sont pas utilisés comme prévu (date de péremption, conditions de stockage non respectées)
– et/ou un traitement chimique mal fait (régularité, dosage, panne dans un régulateur automatique)
sont autant de facteurs propices au développement des algues.

Notez par exemple que certains galets de chlore de mauvaise qualité se désagrègent en acides faibles, faisant chuter le pH. Le souci peut aussi provenir d’un traitement anti-algues non adapté (plus d’info ici : à propos des algicides et produits anti-algues)

(Si traitement au chlore) Eau sur-stabilisée

Pour prolonger l’action de votre traitement désinfectant au chlore, vous utilisez peut-être du stabilisant, soit qu’il est inclus avec vos galets de chlore (chlore lent stabilisé), soit que vous mettiez du stabilisant dans l’eau (acide isocyanurique ou cyanurique) parce que vous utilisez du chlore non-stabilisé (granulés, liquide, eau de javel) ou un électrolyseur au sel.

Si le taux d’acide cyanurique (ou de stabilisant) dépasse 75 mg/l, le chlore devient inefficace et les algues se développent. Cela arrive notamment avec les eaux de piscine trop âgées et/ou pas suffisamment renouvelées.

Le seul remède est alors de vidanger de 30 à 50% du bassin pour apporter de l’eau neuve car l’acide cyanurique ne se dissout pas. Il reste dans l’eau.

Eau riche en calcaire ou en phosphates

Certaines eaux de remplissage sont naturellement riches en calcaire et/ou en phosphates. C’est surtout lié à des facteurs géographiques ou historiques : type de sols, de nappes phréatiques, zones agricoles, industrielles, zones de montagnes… Cela peut aussi être lié au mode de prélèvement et de remplissage : réseau d’eau courant, puits, eaux de pluie récupérées.

Une eau riche en calcium et en magnésium se repère facilement : elle est naturellement trouble. Les micro-organismes et donc les algues puisent volontiers dans ces minéraux pour se développer. Un traitement anti-calcaire peut donc s’imposer. Pour cela, il faut vérifier le Titre Hydrotimétrique (TH) à l’aide d’un kit dédié.

Par ailleurs, les algues se nourrissent aussi de phosphates pour se développer et proliférer. Une eau riche en phosphates peut donc expliquer un développement d’algues. Les phosphates peuvent provenir de différentes sources : eau de remplissage, pluies, algues mortes, flore extérieure, baigneurs. Il existe aussi des traitements anti-phosphates. pour éviter ce phénomène, il est recommandé d’avoir un taux de phosphate inférieur à 0,3 mg/l.

Ces questions sont à se poser si malgré toutes vos actions de traitement, de désinfection et d’entretien, les algues ont tendance à revenir souvent ou que l’eau est souvent trouble (en piscine on parle aussi de turbidité).

Un floculant non adapté au filtre

S’il y a des algues malgré un nettoyage régulier du filtre et un temps de filtration correct, le filtre est peut-être colmaté à cause du produit floculant utilisé. Les filtres à diatomée, à cartouche ou à poche encaissent mal ce genre de produit. Bien lire la notices avant d’acheter et/ou d’utiliser : compatibilité / incompatibilité, composition, date de péremption, conditions de stockage, règles d’utilisation.

2 – Un défaut dans la filtration

Le système de filtration sert à la diffusion et à la circulation des produits désinfectants dans le bassin. S’il présente un défaut ou une baisse de régime, l’eau n’est plus suffisamment désinfectée. Cela favorise la prolifération des algues.

Filtre encrassé

Si filtre à sable / diatomée / zéolite / verre recyclé, peut-être que le bloc filtrant n’est pas assez ou n’a pas été suffisamment nettoyé et il s’est encrassé. On peut le vérifier en regardant le manomètre si le filtre en est équipé, pour vérifier la pression du circuit hydraulique. Une surpression indique un filtre bouché ou colmaté.

Pour cela : contre-lavage -> rinçage -> évacuation égoût.
Plus d’infos ici : nettoyage filtre à sable, nettoyage filtre à diatomées, fonctionnement vanne multi-voies, pression manomètre.

Il se peut aussi que la matière filtrante (sable, diatomée, zéolite, verre recyclé) soit si encrassée ou vieille qu’il n’y ait pas d’autres alternatives que de la remplacer. Le sable a une durée de vie de 4 à 5 ans selon la dureté de l’eau (calcaire, tartre). Ensuite il présente des calcifications qui nuisent à la circulation de l’eau et donc la diffusion des désinfectants. Plus d’info ici : remplacement sable filtre à sable.
Si l’eau de remplissage est naturellement très calcaire, un traitement anti-tartre au moins une fois par an est bienvenu.

Les filtres à cartouche / poche s’encrassent rapidement et doivent être nettoyés et changés régulièrement : au moins 1 fois par semaine en cas de forte fréquentation du bassin, voire plus. Plus d’info ici : filtre à cartouche, filtre à poche.

Durée de filtration trop courte

En période d’exploitation (hors hivernage actif ou passif), la règle à suivre est la suivante :
Temps de filtration journalier (en heures) = Température de l’eau (en degrés Celsius) / 2
Exemple: eau à 26°C, 13h de filtration. 28°C -> 14h, etc

Cette règle est à modérer en fonction du volume du bassin et de la fréquentation. Si trop filtrer ne sert à rien sinon à consommer plus d’énergie, il faut cependant ne pas oublier qu’en ne filtrant pas assez longtemps, les produits désinfectants ne circulent pas assez dans le bassin, ce qui favorise le développement des algues et des micro-organismes. Plus d’info ici : durée filtration journalière.

Défaut ou panne dans le système de filtration

Parmi les pannes les plus fréquentes : pompe défaillante, fuite, perte de charge / pression dans le circuit hydraulique, un régulateur ou une sonde mal étalonnée.

Une pompe de filtration défaillante, fatiguée ou mal-dimensionnée ne peut pas donner la vivacité suffisante pour une bonne circulation de l’eau (aspiration, refoulements). Si les algues reviennent souvent à cause de ce type de problème, il est urgent de la remplacer, pour faire des économies à long terme. Les meilleures pompes ont une durée de vie de 15-20 ans.

3 – Un mauvais entretien du bassin

Filtration, désinfection et entretien sont le trytptique de base pour une piscine agréable dont tout le monde peut profiter en toute sérénité. L’efficacité du travail de filtration et de désinfection est conditionnée par un nettoyage régulier et routinier du bassin.

Ici, les facteurs aggravants peuvent être plus ou moins volontaires.
Nettoyage insuffisant, inexistant ou trop irrégulier des parois, du fond et de la ligne d’eau.
Des déchets dans le bassin qui auraient dû être enlevés : skimmers non vidés, pas de passage d’épuisette, du balai aspirateur, pas de système automatique de nettoyage (robot hydraulique, robot à pression, robot électrique).
Absence prolongée pendant laquelle la piscine a été mise à l’arrêt ou insuffisamment entretenue : résidence secondaire, séjour pro / perso / familial loin de la piscine….

Rappel de quelques règles élémentaires :
– Passer l’épuisette aussi souvent que nécessaire.
– A faire au moins une fois par semaine : Contrôler et vider paniers de skimmers et préfiltre de la pompe. Brosser la ligne d’eau (point d’ancrage privilégié pour les dépôts) et l’encadrement des pièces à sceller (buses, skimmers, projecteurs, bonde de fond). Passer balai-aspirateur ou robot nettoyeur.

4 – Une eau trop chaude

Si une eau chaude est particulièrement apprécié pour la baignade, c’est aussi un facteur de risque : réduit l’efficacité de certains désinfectants (chlore en tête), propice au développement des algues.

Il faut être vigilant sur ce point, surtout en cas d’évènement météorologique très atypique tel qu’une canicule qui peut amplifier la prolifération d’algues.
– L’exposition directe de l’eau au soleil fait monter la température de l’eau : apport d’eau fraîche recommandé.
Ne pas couvrir en période de fortes chaleurs car cela augmente encore plus la température de l’eau.
– Le chlore perd une grande partie de son efficacité dans une eau supérieure à 28°C.
– Au delà de 32°C : le chlore est inactif, l’efficacité du brome et des traitements automatisés chutent dangereusement.


Souvent, le développement des algues n’est pas du à une cause unique, c’est un ensemble de paramètres qui combinés ensemble vont amener la prolifération. Si malgré vos actions préventives et correctives, l’eau reste trouble et chargée en algues, ou fréquemment envahis, faites appel à un spécialiste.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire