Piscine en Bois : 3 conseils pour bien choisir le bois de sa piscine

choisir-piscine-bois

Le pin est le plus courant

Les piscines en bois ont un côté chaleureux et une esthétique à part. Le choix de telle ou telle essence de bois a un impact sur le cycle du vie du bassin : résistance au temps qui passe, conservation des qualités esthétiques.

Les propriétés du bois varient selon l’essence choisie : teinte / couleur, aspect, résistance naturelle à la chaleur, au soleil, à l’humidité, à la putréfaction. Outre que les bois pour piscine sont sélectionnés pour leur résistance naturelle, ils peuvent être traités pour renforcer la résistance et les qualités esthétiques : traitement en profondeur (injection de produits, cuisson), traitement de surface (application de produits).

Pour bien acheter sa piscine en bois, il est donc très important de connaître les différentes essences utilisées, de comprendre les traitements effectués ou à effectuer soi même, et les points de vigilance à contrôler pour être certain de faire un achat durable et respectueux de la nature et de l’environnement.


3 éléments à considérer pour choisir correctement le bois de sa piscine

1 – Vérifier la classe et l’origine du bois

Que la piscine soit en kit ou sur mesure, la classe et l’origine du bois sont 2 informations qu’il faut connaître. Elles doivent être consignées par les fabricants dans les notices / fiches techniques. Si elles ne sont pas vérifiables, le plus sage est de passer votre chemin !

Il faut pouvoir les contrôler pour être sûr d’avoir un bois de qualité, adapté aux piscines et prélevé dans des lieux et des conditions respectueuses de l’environnement.

La classe donne une indication sur la capacité du bois (durabilité, résistance)

Le bois est composé de matières organiques (cellulose, lignine, eau) dont se nourrissent des xylophages (larves d’insectes, termites) et des champignons lignivores. On appelle durabilité naturelle la capacité d’un bois à résister à ces agents biologiques. Par ailleurs, le bois réagit et résiste différemment à l’humidité au fil du temps.

5 classes d’emploi du bois ont été définies pour rendre lisible le lien entre durabilité naturelle, exposition à l’humidité et capacité de résistance du bois (norme NF EN 335).

Classe 1 : Bois sec, humidité toujours inférieure à 20%. Bois d’intérieur (charpente, solivage, lambris, parquets). Risques : insectes.
Classe 2 : Bois sec, mais dont l’ humidité peut occasionnellement dépasser 20%. (charpente, solivage, lambris, parquets). Risques : insectes, champignons.
Classe 3 : Bois à une humidité fréquemment supérieure à 20%. Bois d’extérieur, sans contact avec le sol (fenêtres et autres menuiseries extérieures, bardages…). Risques : insectes, pourriture.
Classe 4 : Bois à une humidité toujours supérieure à 20%. Bois d’extérieur, en contact avec le sol (mobilier urbain, clôtures, pilotis, pontons…). Risques : pourriture, insectes.
Classe 5 : Bois en contact permanent avec l’eau de mer. Risques : pourriture, insectes, térébrants marins.

Pour une piscine en bois, il faut choisir des bois de classe 4 ou 5, jamais en dessous. Ils ne sont pas garantis 10, 15 voire 20 ans sans raison. Il existe des modèles en kit avec du bois de classe 3 (moins cher), mais ils résistent moins bien sur la durée.
Il est préférable de privilégier la qualité aux prix (trop) bas.

L’origine du bois doit être certifiée par des labels

Sur ce terrain, il n’y a rien d’obligatoire. C’est plutôt un appel à votre éthique personnelle vis-à-vis d’enjeux environnementaux : déforestation sauvage, coupes illégales, destruction d’écosystèmes versus prélèvement contrôlé, remplacement des arbres coupés, respect des espèces en voie de disparition sur les lieux de coupe (faune, flore).

Au moment d’acheter, préférez des bois certifiés par les labels FSC (Forest Security Council) ou PEFC (Pan European Forest Certification) qui garantissent que le bois provient de filières éthiques.

2 – Choisir parmi les différentes variétés de bois

Les bois sélectionnés pour la construction de piscines doivent répondre aux exigences citées plus hauts : résistance à l’humidité, à la putréfaction, aux champignons, aux insectes xylophages. Certains bois, généralement les bois tropicaux, présentent ces qualités de façon naturelle. D’autres, moins chers, comme le pin du Nord, nécessitent un traitement pour acquérir ses qualités.

Des bois tropicaux ayant des qualités naturelles supérieures qui coûtent plus chers

Les qualités naturelles de certains bois tropicaux ou “exotiques” sont idéales pour la construction de piscines. Généralement issus d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie, on dénombre plus de soixante espèces utilisées dans différents contextes : construction navale, bâtiments (charpentes, terrasses, pilotis, ossature bois, piscines).

Certaines espèces sont naturellement plus résistantes que les bois traités. Elles sont aussi bien plus chers. Parmi les essences les plus utilisées : ipé, teck, doussie, framiré, iroko, kosso.

Attention à l’origine du bois si vous privilégiez une piscine en bois exotique. Leur commercialisation peut être issue de coupes illégales ou de déforestation massive qui mettent en péril certaines essences et des écosystèmes entiers.

Le pin traité : le plus courant dans les zones tempérées

Plusieurs essences de bois des régions tempérées sont utilisées pour la construction des piscines. Parmi celles-ci, le pin est la plus utilisée. Certaines espèces ont de bonnes qualités naturelles qui sont renforcées via des traitements par autoclave ou chauffage. Au final, le pin présente des qualités de résistance équivalentes à certaines espèces tropicales. Comme il est aussi moins cher, il est largement utilisé pour les structures de piscines en bois

Le pin utilisé peut être du douglas, de l’oregon, du sylvestre, du pin maritime, du pin des landes.

Le mélèze : un bois qui durcit au contact de l’eau

Les piscines en bois sont généralement vendues avec un revêtement étanche de type liner ou membrane. Cela casse un peu le côté naturel d’une piscine en bois. Le mélèze est une alternative très intéressante car ses propriétés naturelles permettent de l’utiliser comme revêtement intérieur de piscine. Il se durcit au contact de l’eau et résiste bien dans le temps au contact permanent de l’eau. Il est aussi utilisé pour la fabrication de piscines naturelles dites biologiques ou écologiques.

Pour l’étanchéité de la piscine, on rajoute quand même une membrane étanche entre le revêtement extérieur et intérieur. Si vous êtes un inconditionnel du bois, pensez donc à regarder de ce côté. Il existe en France (Sud Est – PACA) un fabricant de piscine en kit et sur-mesure entièrement en mélèze, garanties 20 ans… C’est un concept original (et breveté) : Piscine Bois en mélèze ModernPool.

3 – Regarder le traitement qu’a subi le bois

Comme cela a été dit précédemment, certains bois subissent un traitement afin de les renforcer et de pouvoir les utiliser pour la construction de piscines. Il existe deux types de traitement : l’autoclave, le traitement thermique.

L’autoclave : un bain de produits chimiques

L’autoclave est une méthode utilisée pour traiter le bois.
Le bois est placé dans un caisson, duquel on évacue l’air pour le mettre sous vide. On injecte ensuite sous pression un produit chimique qui va immerger le bois et pénétrer jusqu’au coeur. Ce traitement permet à un bois quelconque d’acquérir des qualités de classe 4.

Il y a débat sur les produits utilisés car potentiellement toxiques. Autrefois, on utilisait du chrome et de l’arsenic. Depuis, ces produits ont été interdits et remplacés par des agents de préservation qui sont normalement non toxiques pour l’homme et l’environnement. Pour s’en assurer, il est préférable de choisir des bois traités selon le référentiel CTB P+. C’est une certification qui atteste que les produits de traitement utilisés sont sans danger pour l’homme et l’environnement.

Le traitement thermique : plus écologique

C’est un procédé d’origine finlandaise, nation connue pour ses nombreuses forêts et sa maîtrise du bois (ce sont les inventeurs du sauna…). Le bois est placé dans un four et chauffé à plus de 200°C pendant 24 h. Comme dans un sauna, il chauffe via de la vapeur d’eau, notamment pour éviter sa combustion. Une fois cuit, le bois se trouve durci et renforcé jusqu’en son coeur. Ce procédé a l’avantage de n’utiliser aucun produit chimique : c’est une formule écologique qui trouve son public.

Quel bois choisir pour une piscine en kit ou sur mesure ?

Pour résumer, choisissez plutôt :
– un bois issu de forêts certifiées et de classe 4 minimum (de classe 5, c’est encore mieux).
– si le bois a été traité, privilégier un traitement du bois en autoclave conforme aux exigences du certificat CTB P+ car il protège mieux : intempéries, putréfaction, insectes xylophages, champignons.
des madriers de bonne épaisseur (46mm minimum) pour la structure et surtout pour les margelles et leurs supports car elles sont fortement sollicitées quand on utilise la piscine : s’asseoir, plonger, etc. Les margelles trop fines (20 à 30mm) se détériorent après 2-3 ans.
– un bois garanti sur 10 ans (le plus courant) voire 12, 15 ou 20 ans, sera de nature à vous rassurer pour le long terme. Vous voulez sûrement profiter de votre piscine le plus longtemps possible.

Le choix pour telle ou telle essence se fera sur un arbitrage côté acquéreur. D’un côté, l’élégance, l’aspect esthétique et la résistance du bois. De l’autre le budget nécessaire à la construction du bassin et de ses aménagements (plages, terrasses).

Quels sont les risques si on choisit mal ?

Le risque c’est tout simplement que votre piscine peut casser même bien avant la fin de la garantie des 10 ans, soit parce qu’il a été mal protégé lors de son enterrement, soit qu’il provienne d’un lot qui n’aurait jamais dû être adressé pour servir de piscine.

Juste 2 images de piscine en Douglas de classe 3 qui sont devenus classe 4 par autoclave.

pourriture-piscine-bois-semi-enterree

Au bout de 7 ans, pourriture et insectes ont eu raison de la partie enterrée. La couche de protection (delta MS ou carré de chocolat) aurait peut être méritée d’être installée d’un seul tenant

probleme-piscine-bois-hors-sol

Piscine hors sol. Au bout de 4 ans, la pourriture et l’humidité ont eu raison du bois… Un mauvais lot au départ ! Ca arrive malheureusement


Au delà de l’achat d’une piscine en bois (voir prix/modèles sur Amazon), il faut en prendre soin une fois qu’elle est installée. En cas de besoin (achat, entretien), prenez conseil auprès de spécialistes.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Trackbacks/Pingbacks

  1. S’acquérir d’une piscine en bois - Piscines et Jacuzzi - 14 juillet 2015

    […] avons classé ci-haut les bois de piscine en deux ; ceux qui sont putrescibles et ceux qui ne le sont pas. En général, lorsque le […]

Laisser un commentaire