La Piscine Naturelle Est-Elle Faite Pour Vous?

Si vous êtes intéressé par le concept de piscine naturelle ou si vous envisagez d’en implanter une dans votre propriété, vous avez probablement commencé à faire des recherches à droite, à gauche. Et comme d’habitude, vous vous êtes vite rendu compte que vous trouviez tout et son contraire ! Faisons donc un point sur ce qu’est réellement une « piscine naturelle ».

Soyons clair, c’est avant tout une philosophie. Si vous voulez une piscine naturelle chez vous, c’est que votre style de vie, vos valeurs personnelles ou spirituelles sont en résonance avec le respect et la préservation de la nature. Vous privilégiez l’intégration de l’homme dans son environnement naturel et non le contraire.

Un bassin naturel est clairement une manière de concrétiser cette pensée. Il ne s’agit pas d’un caprice mais d’un choix éclairé. Cela étant, vous devez savoir que ce type de bassins nécessite des efforts particuliers et il n’est pas dans votre intérêt de vous lancer sans vraiment connaître les avantages et inconvénients de ce type d’installation.





Le b.a.-ba sur les piscines naturelles

On distingue principalement 2 types de bassins écologiques

Commençons par une piqûre de rappel sur la notion de bassin écologique.

1- La piscine naturelle

C’est une piscine qui s’intègre parfaitement dans le paysage de votre jardin. Elle repose sur un principe de circulation et de traitement de l’eau qui ne contient aucun produit chimique chloré. Sa forme est libre, rarement à l’image des piscines traditionnelles rectangulaires.

Le bassin peut également être bordé d’une végétation luxuriante ou non. Ce système ne repose pas sur l’idée de la création d’un biotope. Le traitement de l’eau est assuré par des équipements pouvant combiner ultraviolets ou ozone et filtre à sable classique.

2- Le bassin de baignade naturel

C’est le même type de bassin que le précédent mais dans le système de circulation d’eau, il intègre des végétaux pour traiter l’eau de manière naturelle. Dans cette installation, la qualité et l’équilibre de l’eau sont gérés par le développement d’un écosystème combinant faune et flore. C’est une sorte de champ septique naturel qui utilise des plantes aquatiques pour traiter les impuretés.

Aucun des 2 systèmes n’utilise de chlore, mais vous devez toujours maintenir le bilan hydrique et les filtres en état de fonctionnement.

Aspects réglementaires et normatifs à connaître

Comme tous les types de bassins creusés ou enterrés, les piscines naturelles doivent respecter les normes et réglementations en vigueur dans la zone d’implantation (pays, région, ville, etc).

Sur le volet définition, vous pouvez (devez) vous référer à la norme AFNOR NF P90-320 pour prendre la mesure du débat autour de ce type de piscine. C’est important car la définition qui s’applique à votre cas déterminera les règles et normes auxquelles vous serez réellement soumis !

La construction doit être conforme aux règles d’urbanisme local

En France, avant de vous lancer, vous devez par exemple consulter :
– Les normes de construction applicables.
– Le Plan Local d’Urbanisme (anciennement Plan d’Occupation des Sols).
– Les règlements communaux qui sont en application.
– Les règlements de lotissement ou de copropriété si il y en a.
– L’Agence Régionale de Santé de votre zone géographique – A.R.S.

Ne faites pas d’impasse sur la sécurité

Les bassins de baignade ne sont soumis à aucune réglementation telle que celle prévue pour les piscines traditionnelles. Les piscines naturelles NE SONT PAS RECONNUES distinctement par le Code de l’urbanisme. Par conséquent, elles ne sont pas soumises à l’obligation de dispositifs de sécurité obligatoires du décret n° 2004-499 du 1er janvier 2006.

Evidemment, vous n’êtes pas idiot. Vous ne voulez pas courir le risque d’une noyade ou d’un accident grave dont vous serez quoiqu’il arrive rendu responsable en tant que propriétaire du bassin. Vous aurez donc compris qu’il est important d’installer quand même un ou deux systèmes de sécurité conformes aux normes piscines. Une alarme et/ou une barrière par exemple.

Dans tous les cas, ne sous-estimez pas l’ampleur de la tâche et n’hésitez pas à vous faire aider ! Vous pouvez consulter un expert pour avoir un avis éclairé sur la question. Ne pensez pas que la consultation de cet expert est superflue, bien au contraire ! Il vaut mieux consulter AVANT pour écarter ou éviter les ennuis APRÈS !

La conception d’une piscine naturelle

Maintenant que vous commencez à mieux comprendre où vous mettez les pieds, entrons dans le vif du sujet !

Comme vous avez pu le constater lors de vos recherches, il existe plusieurs types de bassins de baignade naturels. En fait, c’est dû à la multiplication de brevets déposés par des entreprises commerciales. Chacune affirmant que sa solution est bien sûr la meilleure. Mais sur le fond, les techniques et technologies proposées par ces sociétés ne sont que des variations d’un même principe de base.

Pour la conception de votre piscine naturelle, il faut prévoir une alimentation en eau, un grand bassin avec 3 zones (baignade, régénération, épuration) et une pompe pour la circulation de l’eau.

Vous pouvez voir ici en images les différentes étapes de la construction d’un étang de baignade naturelle.

En résumé, les principes généraux sont les suivants :
– Le bassin de baignade est l’endroit où vous allez vous baigner.
– La filtration est assurée par les plantes aquatiques ou par les plantes situées sur la berge.
– L’oxygénation est assurée par une suite de cascades (si vous avez la place) ou par des buses de surface généralement situées dans le bassin de régénération.
– L’épuration via une colonne de décantation et de vidange suit les lois de la pesanteur, avec un dépôt des éléments et débris organiques les plus lourds au fond du bassin d’épuration.
– L’alimentation en eau permet de compenser l’évaporation de l’eau qui est beaucoup plus importante que dans un bassin traditionnel à cause de la superficie totale de la piscine.

Petite astuce pour éviter certaines contraintes urbanistiques (par exemple, le permis de construire) : prévoyez moins de 100 m² pour l’installation totale et une profondeur inférieure à 2 mètres. Pour la répartition de la surface, comptez 1/3 pour le bassin de baignade et 2/3 pour le reste de votre installation.

Et ici une superbe construction pour vous donner un peu d’inspiration et de motivation 🙂

Questions fréquentes sur les piscines naturelles ?

Peut-on nager de manière sûre dans une piscine naturelle?

Oui ! D’un point de vue biologique, les piscines naturelles sont assez hygiéniques. Au même titre que le sont probablement la plupart des mers, lacs, rivières autour de chez vous…

Il existe des centaines de piscines naturelles publiques qui fonctionnent selon des normes spécialement conçues pour gérer la santé d’un bassin naturel.

Le bio filtre ou zone de régénération piège et absorbe les bactéries et les germes. Tandis que les plantes aquatiques aspirent les phosphates et autres micro-contaminants tout en libérant de l’oxygène dans l’eau.

Le bilan hydrique des piscines naturelles est différent de celui d’un bassin traditionnel car les niveaux de pH sont assez bas en comparaison. Il est (ou doit être maintenu) entre 6,5 – 7,0 contre 7,2 à 7,6 pour une piscine traditionnelle. Cela retarde l’apparition de la plupart des algues et la croissance des bactéries. C’est préférable pour les plantes aquatiques qui sont plantées dans la zone de régénération.

Les piscines naturelles sont-elles sûres du point de vue sanitaire ?

ATTENTION : La sécurité sanitaire d’une piscine naturelle n’est assurée que si VOUS la prenez totalement en charge ! Cela veut dire que VOUS devez faire particulièrement attention au suivi de la qualité de l’eau.

Tenez compte du fait que l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (A.F.S.S.E.T) a publié un rapport en 2009 qui prévient des risques rencontrés lors de baignades naturelles. Il fait 197 pages donc nous vous proposons une synthèse des informations clés à retenir sur ce sujet.

Ce type de bassin induit des dangers sanitaires liés à l’introduction dans l’eau de micro-organismes pathogènes par les baigneurs dans votre eau non désinfectante : crèmes solaires, sueurs, dépôts sur les textiles, etc.

Il y a aussi des intrusions microbiennes via l’eau de pluie, l’eau de ruissellement et sous l’impact de la présence des animaux à proximité ou dans l’eau et de leurs déjections.

Certains végétaux peuvent émettre des substances toxiques pour les baigneurs comme, par exemple, les solanum dulcamara (les douces-amères) de la famille des solanacées et/ou les cicuta virosa (cigüe aquatique) de la famille des apiacées.

La filtration est, de loin, largement inférieure à celle des piscines traditionnelles. S’y baigner induit donc de se confronter à un risque sanitaire aggravé par rapport aux baignades en piscine traditionnelle qui sont beaucoup plus asceptisées. N’oubliez pas que si le chlore n’est pas très sexy (chimique, pas vraiment bio ou écolo, etc), il est très utilisé en piscine pour son efficacité (désinfectant, oxydant, algicide, etc).

Une piscine naturelle peut-elle être hivernée ?

Dans certains cas, il n’est pas nécessaire d’ hiverner votre bassin comme vous le feriez avec un bassin traditionnel car les piscines naturelles n’utilisent pas d’équipements traditionnels. Lorsqu’une pompe submersible est utilisée, le processus d’hivernage est plus simple.

Pour les systèmes utilisant des équipements au-dessus de la terre ou des tuyaux près de la surface, il est recommandé de drainer l’équipement et de souffler les tuyaux. Les piscines naturelles peuvent être recouvertes d’une couverture d’hiver ou d’un filet de protection pour le garder propre. Les plantes dans la zone de régénération peuvent être coupées et recouvertes d’un filet si nécessaire pour éviter les feuilles et les débris.

Les poissons ou les tortues peuvent-ils vivre dans une piscine naturelle?

Oui mais ils doivent être gardés dans la zone de baignade et non dans la zone de régénération. Et ils ne peuvent pas être alimentés par aucun type de nourriture emballée. Les étangs avec des Koïs (Carpes) nécessitent une gestion de l’eau légèrement différente.

Mais notez bien que la plupart des piscines naturelles sont conçues pour être une zone sans poissons. Bien que les poissons puissent facilement survivre et prospérer dans un bassin naturel, il n’est pas recommandé d’en avoir parce qu’ils consomment des microbes vitaux et ajoutent une quantité considérable de contaminants dans l’eau. Les canards et autres oiseaux aquatiques sont également déconseillés car ils mangent les plantes et produisent des déjections dans l’eau.

Comment fonctionne la filtration d’une piscine naturelle?

Elle est opérée par la zone de régénération. C’est une zone aussi grande que la piscine elle-même ou au moins aussi grande que la zone de baignade. L’eau est pompée de la zone de baignade jusqu’au début du filtre.

Elle s’étend sur au moins 1/3 de la surface totale de votre installation et mesure de 90 cm à 150 cm de profondeur et remplie par un mélange de gravier, de sable et de minéraux naturels pour filtrer et purifier l’eau, de la même manière que dans la nature.

Les piscines naturelles attirent-elles des animaux et des moustiques?

Oui, comme n’importe quelle piscine. En raison de l’effet naturel de la lagune, une piscine naturelle peut attirer certains amphibiens comme les grenouilles ou des animaux de forêt, des oiseaux aquatiques ou des tortues.

Et si vous habitez dans une région chaude voire aride, dites-vous que pour beaucoup d’insectes et d’animaux, votre piscine constituera peut-être le seul point d’eau à des kilomètres à la ronde.

La plupart des serpents n’aiment pas l’eau, mais ils peuvent être trouvés près des bords d’une zone de régénération. Les moustiques ne pondront pas d’œufs dans un bassin naturel parce que l’eau est en mouvement, et pas stagnante comme dans un étang.

L’une des meilleures choses à retenir à propos d’un bassin naturel, et selon ses partisans, c’est précisément son harmonie et sa coexistence avec la nature.

Les piscines naturelles sont-elles vraiment sans produits chimiques?

Oui, il n’y a normalement pas de désinfectant ou d’assainisseur dans un bassin 100% naturel.

On peut utiliser un système à l’ozone ou aux ultraviolets en complément, mais une piscine vraiment naturelle ne contient ni algicide, ni clarifiant et certainement pas de chlore car ça détruirait l’équilibre naturel du système.

Maintenir les bons niveaux de pH, d’alcalinité et de dureté calcique nécessitera d’ajouter ce type de produits pour équilibrer l’eau. Les enzymes de piscine peuvent ainsi être utilisées sans perdre la désignation de piscine naturelle.

Quel est le prix d’une piscine naturelle?

En prêt à plonger, elle coûte plus cher qu’un bassin normal dans la plupart des cas (sauf si vous la construisez vous-même).

Cette facture plus élevée est principalement dûe à l’ADN de ce type de bassin et à l’espace qu’il requiert (zone de régénération, profondeur recommandée de 1,40m à 1,80m pour la zone de baignade). Le prix moyen pour une piscine naturelle de taille moyenne est dans la fourchette 35 – 50.000€, mais on peut s’en sortir pour moins cher si on fait soi même un bassin de petite taille (moins de 5000€). Si vous passez par un tiers, il faut de préférence privilégier un constructeur spécialisé près de chez soi. Et ne pas hésiter à faire des chiffrages comparatifs.

En Europe, les fabricants les plus connus sont Bioteich et BioNova.

Exigences particulières pour les piscines naturelles

Quelques rappels de base pour finir.

Il faut suffisamment d’espace

Une piscine naturelle nécessite plus d’espace qu’une piscine traditionnelle. Pour de meilleurs résultats, la zone de régénération devra être presque aussi grande que la zone de baignade.

Si l’espace disponible est un problème, la zone de régénération contenant les minéraux servant de filtre devra être plus profonde et plus compacte.

Certaines plantes ne résisteront pas au rythme des saisons

Les piscines naturelles peuvent être construites dans presque toutes les zones climatiques. Mais en zone tempérée, les piscines naturelles peuvent geler en hiver comme n’importe quel bassin. Selon l’altitude ou la latitude, il peut aussi y avoir une couche de glace à la surface pendant plusieurs jours en hiver.

Les plantes aquatiques qui ne survivent pas à l’hiver devront être remplacées chaque printemps.

Réapprovisionnement en eau plus important

L’évaporation est accélérée dans un bassin naturel en raison de la respiration des plantes, des zones de lagunage moins profondes et de la plus grande superficie du plan d’eau.

Les périodes de pluie peuvent ne pas suffire à compenser cette évaporation, surtout pendant les mois chauds et secs. La piscine naturelle devra avoir de l’eau ajoutée à partir de votre tuyau d’arrosage, d’un puits ou d’un bassin de récupération pour maintenir le niveau de l’eau. L’eau de robinet normale est suffisante. Dans ce cas, un filtre à eau de tuyau d’arrosage est recommandé pour éliminer le chlore, les métaux et les bactéries.

Comme n’importe quelle piscine, il faut l’entretenir

Il faut quelques saisons pour que l’équilibre naturel soit pleinement effectif, ce qui améliore la filtration naturelle et la propreté de l’eau. Balayer, frotter et aspirer les saletés sera quand même obligatoire. Environ 1 à 2 fois par mois, les plantes doivent aussi être taillées et débarrassées des feuilles mortes et le sol autour des plantes doit aussi être nettoyé.

Bref, il faut maintenir sa vigilance et l’entretenir au fil des saisons pour garder les surfaces de la zone de baignade propre et pour éliminer les débris de la zone de régénération.

Mettez vos bottes et votre salopette de pêche car si nettoyer une piscine naturelle ressemble beaucoup à l’entretien d’un jardin, ici vous êtes debout dans plusieurs dizaines de centimètres d’eau ! L’utilisation d’un filet pour protéger la piscine est aussi bienvenu à l’automne voire au printemps.

Pas d’impasse sur la sécurité (rappel)

Rappelez-vous que comme pour toute autre piscine, il faut équiper sa piscine naturelle d’un système de sécurité. La clôture ou barrière de sécurité semble bien indiqué. Sinon une alarme de piscine.

De même, les équipements électriques (pompe, éclairage, etc) doivent être installés dans les normes prévues : voir AFNOR NF P90-316 à 320, NF C15-100/A4, NF EN 60598-2-18/AI partie 2 section 18.

Étant donné que la plupart des piscines naturelles sont trop peu profondes pour une plongée sûre, les plongeoirs ou les roches de plongée sans ingénierie approprié ou en dépit du simple bon sens, sont fortement déconseillés.

Si vous avez des questions, consultez toujours un spécialiste avant de vous lancer dans un tel projet.

Et pour aller plus loin, pensez à vous inspirer et à vous informer en regardant d’autres contenus écrits ou vidéos comme le programme télé The Pool Master.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire