Polycarbonate : Pourquoi c’est le Vitrage le Plus Fréquent sur les Abris de Piscine

Le vitrage d’un abri de piscine peut être en verre minéral, polycarbonate, PVC, résine ou plexiglas.

Et parmi toutes les catégories d’abri, le polycarbonate est le matériau le plus utilisé car il est très bien adapté à la protection d’une piscine extérieure : solide, léger, isolant, filtrant, sécurisé. Et tout ça, dans des gammes de prix plus compétitives que le verre minéral.

La plupart des abris à vitrage sont en polycarbonate avec armature en aluminium


Le polycarbonate a plus d’avantages que d’inconvénients

Un abri de piscine est en même temps un dispositif de sécurité et un équipement qui permet de chauffer l’eau ou de la maintenir chaude quand l’abri est fermé. Et quand on veut découvrir la piscine pour se baigner et en profiter, on attend aussi de lui qu’il se laisse manipuler avec un minimum d’effort.

Le polycarbonate est bien adapté pour faire face à tous ces petits moments qui font partie de la gestion d’une piscine à l’année.

Solide, léger, isolant, sécurisé et filtre à UV

A épaisseur égale, le polycarbonate est jusqu’à 250 fois plus résistant que le verre minéral

Il est incassable. Et même si vous arriviez à le casser, il n’exploserait pas en plusieurs dizaines de morceaux tranchants comme le verre minéral. Vous ne risquez pas de vous blesser. C’est aussi pour ça que c’est un vitrage sécurisé.

D’autres avantages découlent de ses propriétés mécaniques. Il supporte bien les gros écarts de température donc pas de risque de déformation de l’armature de l’abri par contraction / dilatation du vitrage. On peut le renforcer pour affronter de fortes intempéries : tempêtes avec gros vents, résistance au poids de la neige de plusieurs dizaines de kilo par mètre carré.

Deux fois plus léger que le verre minéral

On peut réaliser de grands vitrages sans que le poids ne devienne un inconvénient rédhibitoire pour leur manipulation.

C’est un avantage évident pour les abris coulissants de grand volume. Et ça l’est aussi pour les abris plus petits car il faut enlever les modules et les placer en bord de bassin, pour se baigner tranquillement.

Filtration des rayonnements ultraviolets

Il a une couche de protection externe qui absorbe les UV. Et cette propriété est renforcée quand plusieurs couches de polycarbonate sont superposées (feuilletage alvéolaire).

L’avantage direct est que la piscine est mieux protégée contre le développement des algues (photosynthèse) ou la décoloration du revêtement, le liner en particulier, liée au rayonnement solaire.

On peut aussi le teinter pour plus d’intimité mais c’est peu recommandé pour un abri de piscine puisqu’on utilise le soleil pour chauffer l’eau.

Un bon isolant thermique

Le polycarbonate n’est pas aussi isolant que du verre minéral double / triple vitrage ou trempé, mais c’est quand même un bon isolant thermique, surtout quand il est alvéolaire.

Avec son effet de serre, il maintient la température sous abri, permettant à l’eau de garder plus facilement sa chaleur. Et c’est exactement ce qu’on recherche quand on installe un abri.

S’adapte à tous les types d’abris : formes, volumes

C’est un matériau que l’on peut facilement cintrer pour l’adapter à une forme en particulier. Et sa légèreté permet de le porter sur des volumes plus ou moins grands.

Il est souvent associé à une structure en aluminium mais il peut aussi être monté sur d’autres types de métaux ou des charpentes en bois.

Un dérivé plastique, pouvant mal vieillir et pas toujours bon marché selon les options choisies

Le polycarbonate n’est pas sans défauts.

Pas vraiment écolo

Le polycarbonate n’est pas une matière naturelle. C’est un dérivé de polymères. Et nous savons tous à quel point, les plastiques et leurs dérivés sont un problème environnemental majeur.

Leur fabrication passe par des process industriels polluants et la majorité des plastiques en fin de vie ne sont pas recyclés… Ils finissent dans les rivières et les océans.

Un effet plastique et une perte de transparence qui s’accentuent au fil du temps

Son plus gros défaut est son apparence plastique. Il est moins transparent et cristallin que le verre.

Cet effet plastique et la perte de transparence s’accentuent au fil du temps car il a tendance à jaunir et à s’incruster de tâches difficiles à enlever, voire indélébiles, si on ne nettoie pas les gouttes d’eau asséchées : condensation intérieure, eau de ruissellement extérieure.

Et comme il ne tolère ni les agents chimiques puissants, ni les agents abrasifs, il est déconseillé de le nettoyer avec des produits ménagers corrosifs ou des éponges abrasives.

Des traitements de surface qui gonflent la facture

Pour pallier à ça, les fabricants proposent des traitements spéciaux qui ont tendance à gonfler la facture : anti-condensation, anti-jaunissement, anti-rayure.

Un modèle cintré de la gamme www.abricintral.com. Le polycarbonate permet toutes les tailles et formes d’abri

Quel type de vitrage en polycarbonate choisir pour son abri de piscine ?

Le polycarbonate est un vitrage synthétique, littéralement un polyester de l’acide carbonique, dérivant du composé organique bisphénol A, utilisé dans la synthèse des matières plastiques. Plus d’info ici sur la fabrication et les propriétés mécaniques du polycarbonate.

Ce matériau est utilisé dans toutes sortes d’équipements courants : vitrage d’avions, de bâtiments industriels, de casques de motos, etc. Il y a a deux types de polycarbonates utilisés pour fabriquer des vitrages d’abris de piscine.

Le combo le plus courant : polycarbonate plein pour les parois et polycarbonate alvéolaire en toiture

Le polycarbonate plein est une feuille unique de polycarbonate de 3-4 mm.

Le polycarbonate plein est plus transparent que le polycarbonate alvéolaire. Il est si comprimé lors de l’usinage qu’il a aussi un poids au mètre carré plus important que l’alvéolaire. En toiture, et si on veut un abri de piscine pas cher, il n’est à envisager que pour les abris plats ou ultra plats de très petite taille.

Il s’utilise surtout pour le vitrage des parois verticales des abri semi-hauts, des abris fixes et des abris hauts, car il offre plus de transparence et permet de proposer des abris avec vitrage polycarbonate moins cher que du 100% alvéolaire.

Le polycarbonate alvéolaire est un feuilleté de 8 à 10 mm d’épaisseur.

Plusieurs feuilles de polycarbonate sont superposées les unes aux autres pour renforcer sa résistance et son isolation (double / triple vitrage avec lames d’air). Pour une bonne isolation thermique, on conseille généralement une épaisseur de 8 mm pour les abris bas et 10 mm pour les abris hauts.

Il s’utilise en toiture car c’est la partie de l’abri la plus soumise aux agressions extérieures. Il est ainsi courant d’avoir un abri haut ou mi-hauts avec parois en polycarbonate plein et toiture en polycarbonate alvéolaire.

La meilleure solution est d’avoir un abri entièrement en polycarbonate alvéolaire car plus résistant et plus isolant, mais c’est aussi beaucoup plus cher.

A propos des traitements de surface

Le choix d’un abri en polycarbonate passe aussi par des questions de confort au quotidien.

Anti rayures et abrasion

Bien que très solide, le polycarbonate peut quand même se rayer. Comme vu précédemment, il a une faible tolérance aux produits nettoyants trop acides et éponges abrasives. Sans compter que les aléas de l’utilisation de la piscine peuvent aussi mener à des accrocs : mobilier qui frotte, projection de jouets sur les parois, nettoyage des surfaces pour éviter que le polycarbonate soit parsemé de gouttes d’eau asséchées, etc.

Les fabricants proposent donc des traitements anti-rayures pour limiter ce risque. Un vitrage traité coûte environ 40 % plus cher qu’un vitrage non traité. C’est à vous d’évaluer si c’est pertinent. Le mieux est d’en discuter avec les fabricants et les installateurs.

Condensation

Une piscine sous abri dégage de la condensation quand la température de l’air intérieur est plus élevé que l’air extérieur. Ca se passe souvent la nuit ou aux premières heures du matin, surtout en mi-saison et en hiver. Les parois intérieures se couvrent d’un voile blanchâtre ou brumeux. Cette condensation ne s’estompe généralement qu’en fin de matinée.

Un traitement anti-condensation sur les surfaces intérieures permet de forcer l’écoulement des gouttes de condensation. Comme le traitement anti-rayure, il augmente sensiblement le prix du polycarbonate. C’est pourquoi il s’adresse plutôt aux abris de grande taille.

Transparence du polycarbonate

Un abri de piscine est pratique sur bien des aspects mais ça reste un équipement très visible et souvent peu esthétique. La transparence du vitrage est donc un effet recherché parce que plus agréable. Or avec la condensation, les parois d’un abri ne sont réellement transparentes qu’une partie de la journée .

Le polycarbonate plein de 3-4 mm est plus transparent mais moins isolant que le polycarbonate alvéolaire de 8-10 mm. Il a donc tendance à générer plus de condensation, tout en réchauffant moins vite l’eau du bassin par effet de serre.

Seul le verre minéral trempé ou doublé est capable d’apporter plus de transparence et d’isolation thermique entre l’intérieur et l’extérieur. Mais il est plus cher, plus lourd à manipuler, moins résistant et plus problématique niveau sécurité que le polycarbonate.

Les propriétés physico-chimiques du polycarbonate le rendent naturellement plus opaque que le verre minéral. Il faudrait l’amincir pour gagner en transparence mais on perdrait en résistance. Face à cette question, l’abri en polycarbonate est souvent préféré parce qu’il offre un meilleur compromis financier pour la plupart des acheteurs.

 

Pour conclure sur les abris de piscine en polycarbonate

Le polycarbonate est le vitrage le plus utilisé dans toutes les catégories d’abri car il a tous les atouts nécessaires pour protéger et chauffer une piscine extérieure : solide, léger, isolant, filtrant, sécurisé. Il peut s’adapter à toutes les formes et tailles d’abris. Et à des prix plus intéressants que le verre minéral.

Ne pas oublier qu’il est conseillé de coupler avec un système de chauffage de type pompe à chaleur si vous voulez chauffer l’eau en mi-saison.

Pour les abris composés de formes droites, le choix le plus courant est une toiture centrale alvéolaire et des cotés en polycarbonate plein pour plus de transparence. Pour les abris cintrés ou dômes, c’est plus souvent du tout alvéolaire sauf sur les façades verticales s’il y en a.

La structure alvéolaire nuit un peu à la transparence mais laisse passer plus de 90% de la lumière. Les garanties sur les vitrages sont souvent de 10 à 15 ans chez la plupart des fabricants.

Pour limiter l’aspect laiteux, il faut privilégier un traitement anti-condensation (no drop), sans oublier qu’une bonne aération peut aussi suffire à évacuer cette humidité.



Besoin d'aide ? Exprimez votre besoin en détails pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous.
  • Personne à Contacter
    Vos données personnelles sont uniquement destinées aux prestataires sélectionnés pour traiter votre demande. Elles ne sont pas publiées sur Internet. Service gratuit et sans engagement. Aucune commission n'est prise sur le montant des travaux ou prestations réalisées.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.


Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Résolvez l'équation (sécurité anti-robot) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.