Electrolyseur au Sel : fonctionnement, avantages, inconvénients, critères de choix

principe-fonctionnement-electrolyseur-sel

Schéma simplifié de l’installation d’un électrolyseur au sel

Un électrolyseur au sel génère du chlore actif (celui qui désinfecte…) par réaction chimique pour rendre plus simple et plus agile le traitement de l’eau de piscine.

Entre le choix du modèle et de ses options périphériques (coffret électrique, cellule, boîtier de commandes, couplé ou non à un régulateur pH, montage en by-pass ou non), sa mise en place est plus ou moins complexe. Elle nécessite souvent l’avis et l’intervention d’un professionnel.

En dépit du coût initial, au fil du temps, ce dispositif permet de faire de belles économies sur le traitement de l’eau et apporte un confort d’utilisation dont vous aurez du mal à vous passer. Quoique moins populaire que le traitement au chlore classique à base de galets à dissolution lente en France métroplitaine, le traitement par électrolyse est pourtant le système le plus installé au monde. Et ce n’est pas pour rien car c’est un désinfectant économique, écologique et naturel qui a les avantages du chlore sans ses inconvénients.


Qu’est ce qu’un électrolyseur au sel

L’électrolyseur au sel est un mode de traitement chimique automatisé au chlore qui fonctionne sur le modèle du cycle perpétuel.

Un procédé naturel où du sel est transformé en chlore actif

L’électrolyseur est un appareil qui génère du chlore actif naturel à partir du sel.

Il faut donc ajouter du sel dans l’eau de piscine, entre 3 et 5 g/l (grammes par litre). L’eau sera légèrement saline, mais 10 fois moins que l’eau de mer.

Comment le sel se transforme en chlore ?

L’électrolyseur, branché sur le flux de refoulement (circuit retour) du système de filtration, va créer une réaction électrochimique d’oxydation où le sel (NaCl) et l’eau (H2O) vont se transformer en hypochlorite de sodium (NaOCl – eau de javel, appelé aussi chlore naturel) et en soude (NaOH).

Comme il est toujours au contact de l’eau, l’hypochlorite de sodium se recombine aussitôt en acide hypochloreux.
NaOCl + H2O –> HOCl + NaOH
Hypochlorite de Sodium + Eau –> Acide hypochloreux + Soude

L’acide hypochloreux, aussi appelé chlore libre, va libérer du chlore actif (le désinfectant) en se diffusant dans le bassin. Le chlore actif va s’attaquer à tous les micro-organismes du bassin : bactéries, virus, algues. Pour rappel, le chlore est un désinfectant oxydant qui fait office de bactéricide, fongicide, algicide : il oxyde les micro organismes et les décomposent.

Le chlore libre libère par ailleurs des chlores combinés.
Chlore total = chlore libre (dont une grande partie est du chlore actif) + chlore combiné.
C’est le chlore combiné qui sent fort et qui est agressif pour l’organisme (pique, irrite).

Or, sous l’effet du rayonnement ultraviolet (lumière du soleil), toutes les particules chlorés vont se recombiner en sel dissous à cause de la soude présente aussi dans le bassin. En fait, la réaction chimique se reproduit en sens inverse dans le bassin. Ceci explique qu’il n’y ait pas d’odeur ou d’irritation avec un électrolyseur au sel. Et ça explique aussi pourquoi il ne faut pas rajouter de sel. Il ne s’évapore pas et reste présent dans l’eau.

Quand l’eau repasse dans l’électrolyseur, la réaction électro-chimique d’oxydation du sel se reproduit. Le cycle ne s’arrête jamais tant qu’il y a du courant électrique et que la filtration est en marche.

Au final, c’est un système automatique plutôt intelligent et très pratique, qui a en plus le mérite d’être relativement écologique car il repose sur un procédé naturel.

Les composants d’un électrolyseur au sel

Dans sa forme la plus simple,
Une cellule électrolytique composée de plaques ou de grilles (les électrodes) en titane d’1-2 mm, recouvertes de métaux rares, le ruthénium et l’iridium (couche d’1/100 de mm). Le corps de la cellule est opaque et transparent permettant un contrôle visuel des électrodes (nettoyage).
Un boitier de commande dans un coffret en ABS (plastique de type LEGO) que l’on fixe au mur et que l’on relie à un coffret électrique. Le boîtier de commande permet de réguler la diffusion du chlore, de contrôler le débit d’eau et peut disposer d’alarmes (manque de sel, manque d’eau dans la cellule). Ca dépend des modèles.
Un coffret électrique (à installer si vous n’en avez pas déjà un) pour alimenter le tout en courant basse tension et permettre la conversion de l’énergie électrique en énergie chimique.

Pour un meilleur confort d’utilisation, il est conseillé d’installer par ailleurs un régulateur automatique de pH, car un traitement au chlore a tendance à rehausser le pH. Et plus le pH est élevé et moins le chlore désinfecte, comme une spirale presque sans fin à mesure que l’on rajoute du chlore. Il est donc extrêmement judicieux d’installer en même temps un régulateur de pH pour contrôler et réguler automatiquement le niveau de pH.

Entretien de l’électrolyseur au sel

Certains modèles sont équipés d’une fonction auto-nettoyage par inversion de polarité (à privilégier). Pour les autres, il existe des produits adaptés pour nettoyer l’électrolyseur.

Le sel est un sel spécial électrolyseur de piscine à acheter en magasin spécialisé piscine.

Mettre hors service quand l’eau descend sous les 16°C (hivernage notamment) pour préserver les électrodes.

Avantages et inconvénients de l’électrolyseur au sel

Avantages et Intérêts

– Une eau de très bonne qualité, claire et cristalline.
Simple à utiliser et compatible avec tous les types de piscine : on peut l’installer en remplacement d’un traitement existant.
– Un procédé naturel de traitement au chlore sans les désavantages du chlore : pas de mauvaises odeurs, pas d’irritation ou d’allergie des nageurs (yeux, muqueuses, peau), pas de décoloration des maillots de bain.
– Fini la corvée d’acheter et de mettre des galets de chlore dans les skimmers, car l’on passe à un système automatisé qui s’occupe de tout ça.
Pas de stockage de produits chimiques : sécurité pour les enfants, baisse des coûts d’exploitation sur le long terme, oublié les dates de péremption.
Gain de temps et de confort vis-à-vis du travail de désinfection permettant de rester concentrer sur l’essentiel -> profiter de sa piscine.
Faibles coûts d’exploitation : l’installation nécessite un investissement, mais le coût du traitement par électrolyse est minime (faible consommation électrique, ajustement de sel plutôt rares).

Inconvénients ou limites

Coût d’acquisition et d’installation des équipements. Le budget nécessaire va de 600 à 2000€, mais ils sont très vite rentabilisés car pas de produits chimiques à consommer (voir des modèles sur Amazon).
Une eau légèrement salée, bien moins que l’eau de mer cependant.
Contraintes liées à l’installation : il faut un local technique suffisamment grand (c’est souvent le cas cela dit). L’installation en by-pass est fortement recommandé en prévision de pannes éventuelles (sonde défectueuse par exemple)
– N’aime pas les variations de pH, comme tout traitement au chlore. L’achat et l’installation d’un régulateur de pH est vivement conseillé pour ne pas passer son temps à surveiller le niveau de pH de l’eau.
Surveiller les électrodes de l’électrolyse car elles se corrodent, s’entartrent et perdent de leur efficacité avec le temps. Il faut les remplacer après quelques années d’utilisation (de 200 à 1000€ selon les modèles)
N’aime pas l’eau froide. Il faut arrêter l’électrolyseur lorsque l’eau descend sous les 16°C. Outre la baisse de rendement, l’eau froide accentue l’érosion des électrodes et donc diminue leur durée de vie. C’est notamment pour ça qu’un montage en by-pass est recommandé.
– Attention de vérifier la compatibilité des équipements : tout ce qui est en inox (arbres de pompe, réchauffeur) sera rapidement corrodé.

Critères de choix pour l’achat et l’installation d’un électrolyseur au sel

– Préférer un cellule électrolytique à plaques plutôt qu’à grilles : plus chère mais de meilleure qualité. Durée de vie d’au moins 3 ans.
– Privilégier une électrode auto-nettoyante par inversion de polarité : ce système inverse tout seul le sens du courant électrique, permettant de détartrer les plaques (anode, cathode).
– Installer par ailleurs un régulateur automatique de pH : c’est un gain de tranquillité très appréciable au quotidien.
Privilégier un montage en by pass (dérivation filtration) plutôt qu’en ligne.
Si montage en ligne, envisager l’installaton d’un réchauffeur en amont de la cellule pour “feinter” l’électrolyseur sur la température de l’eau en hiver (rappel : ce système n’aime pas l’eau froide).


En cas de besoin (conseil, installation), il est judicieux de faire appel à un spécialiste.

De l'aide ? Besoin de contacter un pisciniste ?
Expliquez votre problème ici pour être mis en relation avec des professionnels proches de chez vous. Service gratuit et sans engagement.

Pour plus d'efficacité, renseignez correctement toutes les informations. Champs obligatoires marqués d'une étoile (*).
  • Merci de préciser : type de piscine / abri / spa, forme, dimensions, système de filtration, de désinfection / traitement de l'eau, d'étanchéité, équipements, etc.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire