Echangeur Thermique Piscine : Permet-il de se Baigner toute l’Année ?

L’echangeur thermique piscine ou echangeur de chaleur est un système de chauffage pour piscine qui permet d’élever rapidement la température de l’eau. Pas trop compliqué à installer, facile à utiliser, il est aussi économique à l’usage.

Voici un guide complet et détaillé sur ce type d’appareil, avec en trame de fond ces questions : Comment ça fonctionne? Est-ce adapté à votre situation? Permet-il de se baigner toute l’année ?

echangeur-thermique-heatline-zodiac

2 modèles Heatline Zodiac : Nu et avec Regulateur+Thermostat


L’échangeur thermique est-il un bon choix pour votre piscine

Ca dépend surtout du chauffage central existant.

C’est quoi un échangeur de chaleur piscine

Un échangeur thermique piscine est un système de chauffage de type eau / eau.

Il utilise l’eau chaude du chauffage central de votre maison (circuit primaire) pour réchauffer l’eau de la piscine (circuit secondaire).

Les deux flux hydrauliques sont indépendants et circulent à contre courant dans l’échangeur.

La montée en température de la piscine se fait par transfert de chaleur du circuit primaire (eau chaude maison) vers le circuit secondaire (eau piscine) lors du passage dans l’échangeur.

Votre piscine est-elle compatible ?

Toute piscine installée à l’année et ayant un local / bloc technique est compatible.

Peu importe qu’elle soit hors sol, enterrée, semi-enterrée, à l’extérieur, à l’intérieur ou sous abri.

L’échangeur se greffe sur la tuyauterie existante, après le filtre et avant l’appareil désinfectant s’il y en a un.

Un montage en dérivation ou by-pass sur le secondaire est recommandé pour l’isoler en cas de besoin : hivernage, maintenance, dépannage, remplacement.

Votre système de chauffage est-il compatible ?

Le chauffage 100% bois ou 100% électrique est difficilement compatible, voire incompatible, avec un échangeur thermique.

Il est trop contraignant (bois), trop énergivore (bois, électricité) ou trop cher à l’usage (électricité). Et il est carrément incompatible quand le ballon d’eau chaude est inadapté ou qu’il n’y a pas de flux d’eau primaire correspondant.

Les autres systèmes de production d’eau chaude sont compatibles avec un échangeur de chaleur : chaudière gaz, fioul ou mazout – PAC avec groupe extérieur, géothermie ou aquathermie – panneaux solaires / eau glycolée avec ballon.

Les chaudières offrent cependant le meilleur compromis. La montée en température de la piscine est plus rapide. Elles sont capables d’envoyer une eau très chaude dans l’échangeur (jusqu’à 90°C…), là où les pompes à chaleur et les panneaux solaire produisent la plupart du temps une eau à 45°C max.

Au préalable, il faut quand même vérifier :
– la possibilité d’installer un circuit hydraulique dédié sur la chaudière, la PAC ou le ballon d’eau chaude (selon branchement envisagé),
– la puissance de la chaudière / PAC,
– la capacité à chauffer en même temps l’eau chaude sanitaire et l’eau de la piscine (en cas de besoin).

Pour l’installation, il faudra prévoir des vannes d’ouverture / fermeture sur le primaire, ainsi qu’un clapet anti-retour.

Est-ce un bon système de chauffage pour piscine ?

Oui et non.

Son efficacité dépend de plusieurs éléments :
– éloignement entre le chauffage central, l’échangeur thermique et la piscine.
– type et performance du module de production d’eau chaude (primaire).
– qualité de l’échangeur.
– volume d’eau à chauffer.
– température de départ et température souhaitée pour sa piscine.

Si la production d’eau chaude sanitaire et le local technique piscine sont éloignés, la perte de chaleur avant le passage dans l’échangeur sera très importante. Vous pouvez protéger (calorifuger) les tuyaux mais l’idéal est que les 2 soient dans le même local.

Si le système de chauffage est peu performant, vous devrez utiliser (payer?) beaucoup d’énergie pour obtenir et maintenir un résultat satisfaisant.

Par ailleurs, même si l’échangeur de chaleur ne produit pas d’eau chaude, il faut choisir un appareil de qualité pour un meilleur confort à long terme. Il doit être adapté à la piscine : localisation géographique, volume, désinfectant.

Quel type d’échangeur thermique choisir ?

Pour bien choisir, il faut comprendre comment ça fonctionne et calculer correctement la puissance dont vous avez besoin.

Echangeur de chaleur à tubes ou à plaques ?

Il y a deux types d’échangeurs thermiques : à tubes ou à plaques.

L’échangeur à tubes est bien adaptée aux chaudières car l’eau plus chaude en entrée permet un transfert de chaleur très correct. Les circuits primaire et secondaire ont chacun leur tube. A puissance égale, il est souvent moins cher et moins encombrant qu’un modèle à plaques.

L’échangeur à plaques est une solution mieux adaptée aux pompes à chaleur. Les circuits primaire et secondaire passent par des plaques montées en parallèle. Le transfert de chaleur se fait aussi par rayonnement, mais sur une surface plus grande que les échangeurs tubulaires. Ils permettent de compenser une plus faible température d’eau dans le circuit primaire.

Echangeur inox ou titane ?

Si vous désinfectez votre piscine au sel (électrolyseur), il faut choisir des composants en titane pour éviter la corrosion.

Dans tous les autres cas, l’inox peut suffire mais sera toujours susceptible de réagir aux attaques acides du traitement désinfectant, et du chlore en particulier.

Circulateur et thermostat

Ces 2 options font la distinction entre un échangeur dit « nu » (basique) et un échangeur plus évolué. Elles font aussi grimper le prix et le volume de l’appareil.

Un échangeur thermique de piscine a besoin d’un débit minimum pour fonctionner correctement. A l’opposé, il ne peut pas aller au delà d’un débit maximum.

Pour maintenir le débit ou pour permettre de chauffer l’habitation et la piscine en même temps, un circulateur peut être requis. Sa nécessité ou non dépend de l’installation existante, de son raccordement et de la nécessité d’avoir ce type de montage. Le débit du circulateur devant être compatible avec le chaudière, un contrôleur de débit est aussi bienvenu pour contrôler la pression hydraulique. Sur ces points, consultez les notices techniques ou prenez conseil auprès d’un spécialiste en cas de besoin.

Le thermostat (ou régulateur) est utile pour déterminer la température souhaitée dans la piscine. Sa sonde de température permet d’arrêter l’échangeur quand la température de consigne est atteinte. Il n’est pas présent sur tous les modèles d’échangeurs mais c’est une option très utile. Notamment parce qu’il permet de ne pas faire fonctionner inutilement le chauffage central (chaudière ou PAC).

Calcul de puissance en kW

Vous remarquerez que c’est toujours la puissance en kW qui est mise en avant dans les fiches produits des échangeurs. Avec de gros écarts de prix selon la puissance.

C’est en effet le paramètre le plus important à regarder en détails car la puissance conditionne la vitesse de chauffe de la piscine.

La vitesse de chauffe est plus ou moins rapide selon le volume d’eau de piscine à chauffer et sa température initiale. Mais elle est avant tout tributaire de la température de l’eau dans le circuit primaire. Elle varie en fonction des capacités du chauffage central : 90°C ou 60°C pour une chaudière, 45°C pour une PAC (par exemple).

La puissance mise en avant est généralement pour une eau du primaire à 90°C (chaudière). Par exemple, 20 kW pour un bassin < 50 m3, 40 kW pour un bassin < 100 m3, 70 kW pour un bassin < 200 m3, etc. Quand on a une PAC ou un système moins performant, il faut donc d’abord vérifier que l’échangeur est compatible avec la température du primaire, et jauger le delta de puissance.

Une puissance de 40 Kw avec un primaire de 90°C peut ainsi tomber à 8 Kw quand le primaire est à 45°C. Cela veut juste dire qu’il mettra plus de temps à chauffer la piscine pour l’amener à une température cible (28°C généralement).

Prix d’un échangeur thermique

Les prix varient de 400 à plus de 3000€ pour un échangeur de chaleur seul. Vous pouvez consultez des prix et modèles sur Amazon.fr ou sur ManoMano.fr.

La difficulté ou la rapidité de mise en oeuvre est fonction de l’infrastructure existante. Si vous ne la faites pas vous même, prévoyez de 300 à 800€ pour la pose. Le mieux est de faire des devis comparatifs pour avoir une idée plus précise.

 

Peut-on se baigner toute l’année grâce à un échangeur thermique (Pour conclure)

Oui, si la piscine est sous abri fixe / véranda attenante à l’habitation ou en intérieur et que vous avez une chaudière à gaz récente (à condensation par exemple).

C’est un bon complément pour la maintenir à température pour le hors saison. Mais pour plus de simplicité, le mieux serait d’avoir une chaudière dédiée… A gaz de préférence, pour que ça coûte moins cher.

Non, si c’est une piscine à l’air libre, même de taille modeste. Tout simplement parce que ça vous coûterait trop cher de la chauffer et de la maintenir à température d’octobre à avril.

Sur le fond, il n’y a que vous pour jauger s’il faut chauffer rapidement ou non, et pour quelle raison vous voulez le faire.

L’échangeur de chaleur est plutôt prévu pour le mi-saison, quand la piscine flirte avec les 20°C. Il permet de gagner quelques semaines de baignade à la fin du printemps et au début de l’automne.

Quand il est correctement dimensionné par rapport au chauffage central existant, la montée en température est rapide : 1 à 2 jours pour la monter à 28°C selon la température de départ de la piscine. Et le maintien à température réclame peu de puissance. Il faudra quand même penser à couvrir la piscine avec une bâche à bulles.

Et outre la compatibilité avec le chauffage central existant, d’autres éléments sont à prendre en compte :
– la pompe de la piscine doit être activée pour que l’échange de chaleur fonctionne (bruit + consommation électrique).
– il faut aussi couvrir la piscine pour doper la chauffe ou limiter la perte de chaleur (la nuit en particulier).





Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Résolvez l'équation (sécurité anti-robot) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

;