Remblai Piscine : Quand Remblayer et Comment Faire

Remblayer une piscine ne pose généralement pas de problèmes techniques particuliers. Il y a quand même quelques précautions élémentaires à prendre.

Un remblai de piscine mal fait ou mal pensé entraînera des détériorations ultérieures au niveau du bassin et de ses abords.

Avant de faire son remblai piscine, il y a d’abord des vérifications assez basiques et évidents. Et pour bien remblayer sa piscine, il y a ensuite des spécificités propres au type de piscine installée et au type de terrain sur lequel on l’a creusée ou enterrée.

Autant d’éléments que nous détaillons ici.

Un engin mécanique vous fera gagner beaucoup de temps. Il y a plusieurs tonnes de remblai à positionner et à tasser.




Pourquoi faut-il remblayer une piscine ?

Le remblaiement est un passage obligatoire pour tous les bassins creusés ou enterrés qui ont une structure en dur : piscines à panneaux, piscines maçonnées / bétonnées, piscines bois et piscines monocoques type polyester.

Pour les piscines en béton projeté, la nécessité de remblayer dépendra de la manière dont le squelette et l’habillage béton ont été faits.

Le but est de stabiliser au maximum la structure dans le sol avant sa mise en eau, tout en neutralisant les risques possibles liés à un mouvement de terrain.

Il n’y que pour les piscines sur bâche EPDM que le remblai n’est a priori pas nécessaire, puisque la membrane est posée directement sur la fouille et le sol.

Quand remblayer sa piscine ?

Pour la plupart des piscines, le remblaiement peut se faire sans risque avant d’autres étapes de la construction telles que la pose des margelles, la pose du revêtement intérieur, la mise en eau de la piscine ou même la construction du local technique.

Pour les piscines monocoques, le remblayage s’effectue en même temps que la mise en eau, pour équilibrer la pression que l’eau exerce sur les parois.

Si pour une raison quelconque vous êtes amené à remblayer avant la mise en eau, mettez des étais en bois sur la largeur du bassin en partie haute (ou les laisser s’ils y étaient déjà…) avant de commencer.

Pour certaines piscines en kit que l’on monte soi-même, le radier est coulé après la mise en place des panneaux. Il est alors possible de remblayer avant de couler le radier. Dans ce cas, il pourra être judicieux d’étayer l’intérieur du bassin pour éviter que la pression du remblai ne fasse bouger les panneaux. Le plus simple et le plus sûr est de s’en tenir à la notice du fabricant ou de le contacter si nécessaire.

 

Une piscine coque est normalement à remplir en même temps qu’on la remblaye (source image PID Piscine).

Comment faire le remblaiement d’une piscine ?

Remblayer une piscine ne pose pas de problèmes particuliers. Il faut surtout faire preuve de bon sens et utiliser un remblai adapté au terrain et à la piscine.

A faire et à vérifier avant de commencer

Quand la piscine sera remblayée, il ne sera plus possible d’accéder sans effort à la partie externe de la structure.

Il est indispensable de vérifier ce qui doit l’être avant de reboucher complètement le trou laissé par le terrassement de la piscine.

Les fuites d’eau sont la hantise de n’importe quel propriétaire de piscine.

Tout le circuit hydraulique et les points de fuite potentiels doivent être contrôlés et validés  : raccordement des équipements, fixation et étanchéité des pièces à sceller (skimmer, buse, prise balai, bonde de fond, projecteur), étanchéité des joints et raccords entre canalisations.

Il faut aussi valider que le câblage et les branchements électriques sont opérationnels : lumières et autres équipements éventuels (nage à contre courant par exemple) .

Il est impératif d’inspecter et de se solidifier les supports d’escalier en cas de besoin.

Pour les piscines à panneaux, il faut valider le bon ancrage des jambes de force, le serrage de la boulonnerie et des équerres.

Si le sol est limoneux, sableux, argileux ou si la piscine est installée dans une cuve ou en bas d’une pente, il est bienvenu d’installer un tuyau de drainage périphérique.  On peut aussi le protéger par un géotextile pour qu’il ne soit pas bouché par le sable.

Une fois toutes ces vérifications faites et validées, toutes les canalisations au sol doivent être recouvertes d’une grosse couche de sable.

Le but est de limiter le risque que les pierres utilisées pour le remblai ne viennent percer, comprimer ou abîmer les canalisations.

Quel type de remblai piscine utiliser ?

Le remblai doit être stable dans le temps.

Son rôle est d’éviter que la structure de la piscine bouge, se déforme, s’affaisse ou s’écroule au fil des années, en déplaçant ou en comprimant une partie des canalisations enterrées.

Et comme il sera aussi le support de votre plage ou de votre terrasse, il est important qu’il ne se tasse pas trop. On en prend généralement la mesure au bout de quelques mois, mais un sol remblayé peut mettre 2 à 3 ans avant de se stabiliser, parfois plus (sol argileux).

Votre intérêt est donc d’utiliser un matériau avec un risque de tassement et d’affaissement minime comme le gravier, les pierres concassées ou les galets. Le gravier jouant également un rôle de drainage sur la périphérie du bassin.

Piscine béton : Le gravier est à privilégier mais il est possible d’utiliser uniquement de la terre du terrassement car sa structure est plus solide.

Piscine coque : Ca dépend de l’emplacement de la piscine et de la qualité de la coque. Les constructeurs donnent toujours des indications précises sur le type de remblai à utiliser. En général, c’est du gravier concassé. Conformez-vous à ces indications, notamment pour ne pas perdre votre garantie. Dans ce cas il faut procéder par palier. Mettre 30 à 50 cm d’eau, puis mettre le remblai, le tasser.

Piscine en kit (panneaux, bois, etc) : Si vous la montez vous même, suivez les consignes du fabricant et appelez-le en cas de besoin. Quand c’est possible, privilégiez toujours le gravier concassé. C’est plus cher mais c’est plus mieux.

La terre déblayée lors du terrassement peut aussi être utilisée. Mais gardez à l’esprit qu’il y aura un tassement élevé car cette terre a une densité de 1,3 à 2 fois moins importante que lorsqu’elle était compactée dans le sol. Vous pourriez le regretter. Quoiqu’il en soit, les terres végétales, argileuses, sableuses sont à bannir.

Si vous avez peur d’un tassement trop important, et que vous envisagez la pose d’une terrasse en bord de piscine, vous pouvez anticiper en installant des poteaux de soutien en béton tous les 1 à 2 mètres autour du bassin.

Dans tous les cas, il est préférable d’attendre au moins 6 mois avant de commencer à construire la plage. C’est un laps de temps suffisant pour voir comment le remblai se tasse et se comporte.

Cette piscine Waterair est remblayée par de la terre, mais on peut aussi utiliser du gravier.

Comment poser le remblai ?

Tant que vous respectez ces quelques règles vous ne pouvez pas vous tromper.

1 – Un engin mécanique de type tractopelle ira plus vite que des brouettes, mais vous aurez immanquablement un passage par la case « brouette » et « huile de coude » pour les finitions du tassement.

Si vous utilisez un engin mécanique, optez pour une machine la plus légère possible pour limiter le risque de déplacement des parois ou d’écraser des canalisations.

2 – On ne verse jamais le remblai en une seule fois.

Il faut procéder par couches de 30 à 50 cm que l’on vient tasser progressivement avec un manche (de râteau, pelle, balai ou pioche par exemple).

On peut considérer que la couche est suffisamment tassée lorsque le manche ne s’enfonce plus dans le remblai.

On passe ensuite à la couche suivante, et ainsi de suite jusqu’au niveau de la margelle.

S’il y a un escalier en polyester, contrôlez plutôt 2 fois qu’une le tassement du remblai avant de passer à la couche suivante. Il y a un risque d’affaissement de l’escalier lors de la mise en eau.

Pour une piscine coque, le niveau du remblai doit être au même niveau que l’eau. On remplit 30 à 50 cm d’eau puis on met 30 à 50 cm de remblai. On attend que le niveau d’eau monte et on recommence. Le remblaiement est rythmé par la vitesse de remplissage de la piscine.

Si vous utilisez de la terre, vous pouvez accélérer le tassement du remblai en l’arrosant. C’est cependant déconseillé pour les structures fragiles à cause de la pression exercée sur les parois.

3 – Une fois le remblaiement de la piscine terminé, il ne faut pas perdre de temps pour la mise en eau.

La pression du sol peut forcer la structure, et l’eau est le meilleur moyen de contenir cette pression.

Pour les piscines coques, nous l’avons dit, la mise en eau se fait en même temps que le remblai.

Seules les piscines maçonnées et ferraillées peuvent supporter une mise en eau tardive.

Pour conclure,

Un remblai de piscine mal fait ou mal pensé entraînera immanquablement des détériorations ultérieures au niveau du bassin et de ses abords. Il faut privilégier un matériau qui respecte le type de piscine et qui, en cas de besoin, vienne neutraliser les défauts du sol.

De manière général, il est préférable d’utiliser du gravier concassé car le risque de tassement est faible. Ca coûte plus cher que de la terre mais c’est plus sûr à long terme. En cas de doute, suivez les recommandations du fabricant de votre piscine : type de remblai et manière de le poser.





Autres articles dans la même thématique


Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Résolvez l'équation (sécurité anti-robot) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.