Comment Fonctionne un Spa : ses Composants et leur Rôle

Mis à jour le 1 septembre 2022

Les spas fonctionnent globalement tous de la même manière, même s’il y a quelques différences entre les marques et les modèles : ergonomie des places, type de jets ou de désinfection par exemple.

A part le raccordement à un réseau électrique, c’est un équipement autonome, avec de l’eau chauffée en circuit fermé. On s’y trempe en solo ou à plusieurs, pour des séances de massage et de relaxation, grâce à un système de jets d’eau et de jets d’air.

Si vous prévoyez d’acheter un spa, si vous ne comprenez pas bien la différence entre un modèle gonflable et un vrai spa, ou si vous voulez juste comprendre comment fonctionne un spa, voilà le minimum à connaître sur leurs composants, leur rôle et leur fonction.

Sous la jupe d’un spa

A propos de l’aspect extérieur

Nous commençons par l’aspect extérieur puisque c’est la première chose que l’on voit d’un spa.

Jupe ou tablier

Le tablier est la façade qui entoure le châssis et la cuve du spa. D’abord en bois, il a été petit à petit remplacé par du composite synthétique. Cette matière résiste mieux que le bois aux intempéries et au vieillissement. Elle est aussi beaucoup plus facile à nettoyer et entretenir.

Le tablier assure plusieurs fonctions.

  • Esthétique, il habille le spa et lui donne un peu de caractère. Vous pouvez ainsi choisir un habillage qui correspond à vos goûts et à votre décoration.
  • Support. Il permet de supporter la structure de la coque et de protéger ses équipements.
  • Cacher les composants. Il cache tout ce qui touche à la mécanique, l’électronique, l’électricité et la plomberie du spa.
  • Isolant. Un spa perd de la chaleur par la surface, mais aussi par ses côtés. Pour limiter ces pertes, la partie non visible du tablier peut être recouverte de panneaux thermo-réfléchissants ou de mousse isolante de 7 à 10cm d’épaisseur. Il faut aussi pouvoir l’ouvrir par temps chaud pour éviter la surchauffe du bloc technique.

Les spas encastrés n’ont généralement pas de tablier puisqu’ils sont enterrés dans le sol. Avec ce type d’installation, il faut être vigilant sur l’isolation de la coque. L’enjeu est de limiter la consommation d’énergie. Il s’agit d’électricité le plus souvent. En effet, par temps froid, le système de chauffage est beaucoup plus sollicité pour maintenir la température de confort.

Côté spas gonflables, c’est une structure gonflable en vinyle ou PVC qui fait office de tablier. Elle est parfois renforcée mais par nature, elle est plus fragile qu’une jupe en dur. Avec ce type de bains à bulles, il faut donc être vigilant lorsqu’on s’assoie sur les bords et quand on enjambe les parois pour entrer / sortir du spa.

Coque ou cuve

La coque est la partie visible du spa qui contient les baigneurs, l’eau, les jets d’air et d’eau, les vannes venturi, l’éclairage, les appuie-têtes et le panneau de commande du spa. C’est elle qui donne le plus de caractère au spa.

Sa couleur ou ses teintes principales peuvent varier, mais sa partie visible est toujours en acrylique, en résine polyester ou un thermoplastique équivalent. C’est ce qui lui donne cet aspect lisse et laqué si caractéristique.

Certains fabricants isole le dessous, et parfois tous les côtés, de la coque avec de la mousse polyuréthane.

L’ergonomie des sièges se fait par thermoformage et se répartit entre places assises ou allongées. L’idéal est d’avoir les deux types de siège, avec au moins 2 places allongées pour une utilisation en duo. Les spas gonflables n’ont pas ce type de raffinement.

Armature ou Châssis

Caché par le tablier et la coque, le châssis a un rôle important.

Même si la coque est renforcée par de la fibre de verre, elle est soutenue par une armature en métal ou en bois pour supporter le poids de l’eau, des équipements et des baigneurs.

Lorsque la coque est isolée par de la mousse polyuréthane, elle peut se retrouver collée (soudée) au châssis par endroit.

Couverture isotherme

Bien que séparée du spa, la couverture isotherme est un équipement de base incontournable. Il faut la considérer comme obligatoire pour deux raisons :

  • Sécurité. Une fois installée et sanglée, elle empêche toute pénétration dans le spa.
  • Perte de chaleur. L’eau d’un spa se refroidit surtout par la surface. La couverture joue un rôle fondamental pour limiter les pertes de chaleur et les consommations inutiles d’énergie.

Voilà pour les aspects extérieurs. Passons maintenant à ce qui ne se voit pas de l’extérieur.

Sans ces 3 choses, un spa ne peut pas fonctionner

Une fois le spa rempli, il faut animer l’eau si l’on veut jouer avec, pour se faire plaisir. Sans électricité, ni plomberie, ni un peu d’électronique, ce serait impossible.

Électricité

L’électricité permet à tous les équipements de fonctionner, les plus importants étant les pompes de massage, le chauffage et la circulation de l’eau.

La puissance électrique doit être suffisante, généralement 220-230V à 50-60Hz pour 16/32 Ampères, avec un raccordement adapté et sécurisé : ligne dédiée, nombre de phases, disjoncteur, protection contre les projections d’eau, etc.

Dans le doute, il faut valider ce point avec un professionnel avant de se lancer.

Plomberie

La plomberie d’un spa est un système conçu pour faire circuler l’eau en circuit fermé.

Tout ce processus :

  • Empêche la stagnation de l’eau.
  • Diffuse les produits chimiques.
  • Permet au filtre et au réchauffeur de faire leur travail.
  • Fournit un flux d’eau constant pour que les jets puissent faire leur « truc de spa ».
  • Permet d’isoler certains composants en cas de maintenance par fermeture de vannes.

Selon le niveau d’équipements, plusieurs circuits d’eau peuvent coexister, en lien (ou non) les uns avec les autres. Il s’agit de tuyaux souples, de collecteurs, de différentes sortes de vannes, de répartiteurs, de clapets anti-retour, de coudes et des manchons / réductions. Il peut aussi y avoir des circuits d’air pour les venturis, le blower ou la ventilation du bloc technique.

Électronique

La partie électronique permet de commander et contrôler le spa. On accède à ces fonctionnalités via un panneau de commande.

Le spa pack gère toute la partie électronique. Le réchauffeur peut être monté dessus.

Le contrôleur

Le contrôleur est le cerveau du spa. C’est une carte mère avec plusieurs composants électroniques qui orchestrent les liens entre toutes les fonctionnalités du spa. Elle est protégée dans un boitier qui a plusieurs prises comme sur un ordinateur. Dans les spas bi-zone, il y a un contrôleur par bassin.

Ce boitier est plus ou moins évolué selon les équipements et les fonctionnalités qu’il adresse : nombre et type de pompes de massage, blower, appareil de chauffage et de désinfection, lumière, audio, etc.

Le clavier / panneau de commande

Posé sur le bord de la cuve ou sur la jupe, Ie clavier de commande permet d’agir sur les fonctionnalités du spa :

  • Monter / baisser la température de l’eau.
  • Lancer les programmes de massage ou le blower.
  • Activer / désactiver les lumières.
  • Lancer les cycles de filtration.
  • Affichage des menus et autres données : température, état de l’eau, codes erreur, informations diverses sur le spa.

Le combo « contrôleur + réchauffeur + clavier de commande » se vend sous la forme de pack complet ou spa pack. Il peut être remplacé en cas de besoin, notamment lorsque le réchauffeur ne marche plus très bien.

Comment fonctionne le chauffage d’un spa ?

Outre les massages, le plaisir de se baigner dans de l’eau chaude explique l’engouement pour les spas. Tout ce qui touche au chauffage de l’eau est donc d’un intérêt capital. Globalement, il fonctionne grâce à la fée électricité. Et étant donné le coût d’exploitation que cela représente, le spa doit avoir une bonne isolation.

Isolation

L’isolation d’un spa adresse le thermique et l’acoustique. Côté thermique, le but de l’isolation est de limiter la consommation d’énergie pour chauffer le spa et maintenir la température de confort. Côté acoustique, l’isolation permet de contenir les bruits de la pompe et du blower pour ne pas avoir l’impression de se baigner juste à côté d’un moteur d’avion.

Les entrées de gamme ont peu, voire pas d’isolation. Il vaut mieux les éviter. Pour les autres, il s’agit soit d’un dispositif isolant posé uniquement sur les panneaux du tablier, soit d’un remplissage à base de mousse isolante de presque tout l’espace entre la coque et les panneaux du tablier.

Les deux procédés ont leurs propres avantages et inconvénients côté performance énergétique et facilité de maintenance du spa en cas de besoin (réparation de fuites ou remplacement de composants par exemple).

Anatomie réchauffeur électrique. Source : filtres-spa.com

Le réchauffeur électrique

La plupart des spas utilisent un réchauffeur pour chauffer l’eau et la maintenir à température. C’est une résistance électrique contenue dans un tube.

Son rôle premier est de chauffer l’eau à la température souhaitée. Il sert aussi à maintenir cette température de confort. Variable selon les utilisateurs, elle est souvent comprise entre 32 et 39°C.

L’efficacité varie selon sa puissance (2-3-5 kW, etc), la température de départ et le volume du spa. Comme c’est l’appareil qui consomme le plus d’énergie dans un spa, il y a un arbitrage à faire, notamment en choisissant une résistance capable de transférer rapidement un maximum de chaleur. Un gain de 2 à 4°C par heure étant très correct.

La plupart du temps, le transfert de chaleur se fait par contact direct avec l’eau lors de son passage dans le tube (résistance thermo-plongeante). Entre la charge en produits chimiques et le fait que l’eau chaude d’un spa peut former du calcaire, il faut privilégier une matière résistant à la corrosion et au calcaire. Pour toutes ces raisons, les résistances en titane sont le meilleur compromis actuellement.

Autres types de chauffage

Il est possible d’utiliser votre chauffage central (gaz, bois, solaire, pompe à chaleur) pour chauffer l’eau du spa. C’est une solution envisageable pour un spa auto-construit, mais inutilement compliquée pour un spa préfabriqué. Ici le transfert de chaleur du circuit primaire (chauffage maison) vers le circuit secondaire (chauffage du spa) se fait à l’aide d’un échangeur thermique.

De la même manière, il est envisageable d’installer des panneaux solaires pour chauffer son spa, mais vous devrez quand même utiliser un réchauffeur électrique par ailleurs car le soleil ne brille pas en permanence au dessus de votre spa.

L’usage d’une pompe à chaleur dédiée est aussi envisageable. Certains fabricants en proposent et il est probable que ce type de chauffage prendra de l’ampleur dans les années à venir car il a un meilleur coefficient de performance énergétique, tout en étant de plus en plus modulable (technologie inverter, PAC réversible).

Passons maintenant aux questions liées à la qualité et à l’assainissement de l’eau.

Comment fonctionne la filtration d’un spa ?

La filtration assure 80% du travail d’assainissement de l’eau. Son rôle est central car un spa non filtré devient rapidement un bouillon de culture. Il faut filtrer toute l’eau du bassin à intervalle régulier.

Pompe de circulation / filtration

Comme son nom l’indique, cet équipement permet de faire circuler l’eau dans le spa pour la filtrer et éliminer les impuretés provenant des baigneurs et de l’environnement.

Cette pompe de 250 à 750 Watts (0,3 à 1cv) sert aussi à diffuser les produits désinfectants dans le bassin. Quand le spa est branché, elle est en tension électrique permanente et s’active sur des cycles de quelques heures par jour.

Les spas de petite taille et les entrées de gamme en sont rarement équipés. Sur ces modèles, c’est la pompe de massage qui fait circuler l’eau.

Skimmer

L’écumeur de surface ou skimmer est l’endroit par lequel l’eau du bassin passe pour aller se réchauffer ou maintenir sa température.

C’est peu fréquent sur les spas, mais certains fabricants proposent des skimmers de spa avec panière et chaussette filtrante comme sur les piscines. Ce dispositif permet de capter les plus gros déchets avant qu’ils n’aillent vers le filtre. Cela permet de le soulager, de manière à le nettoyer moins souvent.

Ce pré-filtrage peut ainsi écumer les cheveux, des peaux mortes et certains résidus de tissus, crèmes ou sécrétions corporelles. Dans ce cas, il faut contrôler et nettoyer ces chaussettes de temps en temps.

Lorsqu’il n’y a pas de préfiltre, c’est le filtre qui gère toute la partie filtration.

Filtres pour spa

La plupart des filtres sont des cartouches en papier. Selon la taille du spa, il peut y avoir plusieurs cartouches. Leur hauteur, diamètre et spécificités peuvent varier mais elles ont toujours une forme cylindrique. Généralement positionnées à l’intérieur du skimmer, on y accède par le dessus du spa pour contrôler leur état d’encrassement et les retirer / replacer plus facilement.

Il existe d’autres types de filtration pour spa, à sable ou à chaussette notamment, mais les cartouches sont de très loin le système le plus répandu. Derrière leur apparence compacte, elles cachent une surface filtrante de plusieurs mètres carrés (2 à 10 m² selon modèle) et une bonne finesse de filtration (30 à 40 microns). Comme le volume d’eau à filtrer est généralement faible, elles sont suffisantes pour ce type de travail et plus simples à gérer qu’un autre type de filtre.

Il faut les nettoyer quand elles sont encrassées et les remplacer quand elles sont cassées. L’idéal étant d’avoir toujours une cartouche d’avance.

Comment fonctionne la désinfection d’un spa ?

Le traitement chimique du spa assure les 20% restants du travail d’assainissement. Il est impossible d’oublier la désinfection car elle se rappelle rapidement à vous sous différentes formes : eau trouble, mousse à la surface de l’eau, dépôts bizarres sur la ligne d’eau, irritations cutanées, etc.

Ozonateur

Tous les spas ne sont pas équipés d’une désinfection par ozone (trioxygène ou O3). C’est pourtant très pratique car l’ozone permet de détruire tous les germes présents dans l’eau (algues, virus, bactéries) et d’utiliser moins de produit chimique (brome, chlore). Un ozonateur peut fonctionner via une lampe à ultraviolet ou par décharge corona. Il est asservi à la pompe de circulation et on le contrôle via le spa pack.

Ce gaz n’agit ou ne se propage pas dans le bassin puisque l’ozone se recombine instantanément en oxygène au contact de l’eau. Son effet désinfectant se produit uniquement lors du passage de l’eau dans l’appareil. Il faut donc ajouter un autre désinfectant dans le bassin pour traiter l’eau.

Brome

Le brome est un désinfectant bien adapté aux spas car, contrairement au chlore, l’eau chaude et les pH élevés impactent peu son pouvoir désinfectant. On l’utilise sous forme de galets ou de pastilles solubles dans l’eau et il fonctionne de la même manière que le chlore. C’est un agent triple action : bactéricide, oxydant, algicide. Certaines personnes le trouvent moins irritant que le chlore et les bromamines ne sentent pas aussi mauvais que les chloramines. C’est donc un bon produit désinfectant pour les personnes allergiques ou très sensibles au chlore.

Il n’est cependant pas sans défaut. Il coûte plus cher que le chlore à l’achat et doit être légèrement surdosé par rapport au chlore pour garder l’eau ‘désinfectante’. Le brome est sensible au rayonnement solaire mais moins que le chlore. Enfin, certaines personnes sont allergiques ou sensibles au brome.

Chlore

Le chlore est le désinfectant le plus connu. C’est un agent triple action : bactéricide, oxydant, algicide. On l’utilise sous forme de galets ou de pastilles solubles dans l’eau. Il est efficace, facile à utiliser et coûte moins cher que le brome.

Il est cependant moins efficace que le brome quand l’eau est chaude. Le chlore perd rapidement son pouvoir désinfectant au delà de 30°C, tout en générant plus de ‘mauvais’ chlore (chloramines). Il est aussi moins efficace à quand le pH est élevé. Avec un pH égal à 8, le brome est actif à 80%, alors que le chlore l’est à 20% seulement. Enfin, le chlore est aussi sensible au rayonnement solaire ultraviolet.

Les 2 traitements ne sont pas compatibles. Le spa est traité soit au chlore, soit au brome, mais vous pouvez passer de l’un à l’autre entre 2 vidanges, après l’avoir correctement nettoyé, pour vous faire votre propre idée.

Voilà pour le volet désinfection. Passons maintenant à tout ce qui fait l’intérêt d’un spa : les massages.

Commente fonctionne la partie massage d’un spa ?

En matière d’hydromassage, il ne faut pas confondre jet d’eau (eau-eau), jet venturi (eau+eau ou air+eau) et jet d’air (air-air). L’idéal est d’avoir les 3 pour avoir un panel élargi de sensations de massage.

Source : Balboa Water Group, leader sur les pièces détachées pour spa.

Hydromassage

Les jets d’eau permettent de simuler ce qu’un masseur ferait avec ses mains : pétrissage, tapotement, palper rouler, effleurage, pression, friction. En modifiant la puissance du jet, vous pouvez « jouer » sur l’intensité pour aller plus ou moins profond dans le derme. Quand on veut un spa pour du soulagement articulaire et de la récupération musculaire, ce sont les jets les plus importants.

Pompe-s à eau

La pompe de massage ou pompe whirlpool sert à propulser l’eau plus ou moins rapidement dans les jets de massage. Sa puissance est variable de 1 à 5 cv (0,75 à 4kW). C’est un équipement qui consomme beaucoup d’électricité. Elle peut être mono-vitesse ou à 2 vitesses selon le type de spa, de jets (petit / gros diamètre) et le niveau de détail de l’hydromassage (léger, doux, tonique, intense).

Dans les spas gonflables, seul le haut de gamme propose un peu d’hydromassage. Dans les spas acryliques, selon la taille et le niveau de gamme, il peut y avoir plusieurs pompes de massage pour pouvoir gérer séparément les jets d’eau associés à tel ou tel siège. Ce sont souvent des pompes 3CV (2,2kW).

Jets d’eau ou hydrojets

C’est grâce à ces jets que l’eau revient plus ou moins en force dans le spa. Elles sont asservies aux pompes de massage via une plomberie dédiée. Ce sont ces buses qui massent le corps.

Il y a des jets fixes, des jets rotatifs et des jets directionnels.

  • Les jets fixes poussent l’eau toujours dans la même direction et avec la même intensité que celle donnée par la pompe de massage. Les cascades ou fontaines sont un type de jet fixe.
  • Quand la buse est rotative, elle tourne sur elle même pour un massage intense et profond.
  • Avec les jets directionnels vous pouvez légèrement modifier la direction du jet.

Leur diamètre est plus ou moins gros selon les zones qu’elles ciblent : nuque, épaules, colonne, lombaires, cuisses, mollets, pieds, avant bras, mains.

La position et le nombre de jets ont un impact sur la qualité de l’hydromassage. Certaines personnes préfèrent quand il n’y en a pas beaucoup ou uniquement pour des zones précises (le dos généralement). Mais la plupart des gens préfèrent quand il y en a beaucoup. Il faut regarder l’adéquation entre chaque pompe de massage et les hydrojets auxquels elle est reliée. Quand la puissance de la pompe est faible par rapport au nombre de buses, il est difficile voire impossible d’avoir des massages intenses, profonds ou toniques à cause de la répartition de puissance entre tous les jets (pertes de charge).

Vannes de régulation et jets venturi

La plupart des spas sont équipés de vannes de régulation. Elles sont sur le bord de la coque et reliées à certains circuits de jets d’eau. On les actionne en les faisant tourner sur elles-mêmes, soit pour diriger toute la puissance du jet d’eau vers des buses en particulier, soit pour ajuster l’intensité du jet d’eau par effet venturi.

Les jets à effet venturi ne doivent pas être confondus avec le blower. En effet, certains jets venturi permettent d’aspirer de l’air ambiant lors du passage de l’eau mais ils n’ont pas de pompe à air dédiée.

Aéromassage / Blower

C’est la partie bain à bulles du spa. Ce n’est pas du massage, plutôt une sensation de détente et de relaxation. Selon le nombre et la taille des bulles d’air, l’effet peut aller d’un picotement doux et agréable à une forme de soutien ou de soulèvement du corps dans le spa.

Pompe à air pour le blower

Ce petit surpresseur aspire l’air ambiant pour l’envoyer en bas de la cuve. Il ressort sous forme de bulles d’air qui remontent à la surface, et donc le long du corps s’il y en a un dans l’eau.

C’est le dispositif (et souvent le seul…) que l’on trouve dans les spas gonflables. La plupart des spas acryliques en sont équipés. C’est un point à vérifier.

Le blower peut être couplé à de l’aromathérapie pour diffuser des senteurs et des parfums lors des bains. Il existe aussi des modèles qui réchauffent l’air aspiré avant qu’il n’arrive dans le spa. C’est très appréciable pour les bains en hiver.

Jets d’air ou aérojets

Les jets d’air sont les buses en fond de cuve ou en bas de parois qui sont reliées au blower, si le spa en est équipé. Elles diffusent des bulles d’air qui n’ont pas de pouvoir massant comme les jets d’eau. Elles caressent le corps pour un effet relaxant et amusant.

Si l’air n’est pas chauffé avant son entrée dans le spa, elles peuvent donner une sensation de froid désagréable lorsque le différentiel entre température de l’air ambiant et température de l’eau est important.

Voilà l’essentiel à connaître sur les fonctions de massage d’un spa. Voyons maintenant l’intérêt de certains aménagements dédiés au confort et à la sécurité.

Derrière leurs aspects parfois très différents, les spas fonctionnent globalement tous de la même manière

Autres fonctions utiles et leur rôle

Nous terminerons cette présentation en mettant en avant des équipements utiles et pratiques côté confort et sécurité.

Vidage et vidange

A l’image de la bonde de fond dans une baignoire, le bouchon de vidange permet de vider le spa en cas de besoin : déplacement, déménagement, hivernage, mise à l’arrêt pour plusieurs semaines, remplacer toute l’eau à cause d’une anomalie chimique…

La plupart des spas en sont équipés, mais c’est un point à vérifier, notamment le type de connectique et les possibilités pour évacuer l’eau. Avoir une fonction ‘vidange’ est toujours plus simple, rapide et pratique que d’utiliser une pompe vide-cave pour vidanger son spa.

A l’inverse, l’ajout d’eau ne pose pas de problème particulier puisqu’un tuyau d’arrosage, équipé d’un filtre et branché sur une arrivée d’eau, est suffisant.

Entrée / Sortie de l’eau

La plupart des spas étant installés hors sol, il faut enjamber les parois pour entrer ou sortir du spa. A cause du risque de glissade et d’accident, peu importe votre âge et votre morphologie, un escalier, une rampe ou une poignée d’accès se révèlent très rapidement indispensables.

Ils sont souvent proposés comme des options payantes supplémentaires. Par souci d’économie, vous pouvez les bricoler vous-même ou recycler du mobilier adapté. Peu importe votre choix, il faut les voir comme des équipements obligatoires pour le confort et la sécurité des utilisateurs du bassin. Il n’y a que pour les spas encastrés que c’est une option discutable. Dans ce cas, il faudra à minima un tapis de bain pour limiter le risque de glissade ou d’accident domestique.

Éclairage

L’éclairage artificiel n’est pas utile en journée, mais il se révèle bien pratique en soirée et la nuit, car ce sont des moments privilégiés pour se baigner dans un spa.

Les spas contemporains offrent de nombreuses options d’éclairage sous la ligne d’eau. Les moins énergivores sont les ampoules LED. Elles sont proposées comme de la chromothérapie ou de la luminothérapie. Et il est vrai que c’est exaltant ou amusant de pouvoir colorer le bassin de plusieurs manières.

Cela étant, il faut surtout envisager l’éclairage interne pour son côté pratique et sécurisant. Il permet de bien voir l’intérieur du plan d’eau quand le bassin est découvert. Ces lampes et ampoules permettent aussi de bien distinguer les marches et assises intérieures (quand les jets de massage ne sont pas en fonctionnement) pour faciliter l’entrée et la sortie du spa.

Lève couverture

Derrière leur épaisseur relativement petite (10 à 20 cm de hauteur), les couvertures isothermes de spa cachent de lourds composants :

  • Une armature métallique pour limiter la déformation au centre de la couverture.
  • Une mousse isolante très dense pour empêcher les pertes de chaleur par la surface.
  • Un pare vapeur pour protéger la mousse isolante des remontées d’humidité et des attaques chimiques.

Selon la taille du spa, son emplacement et l’âge des propriétaires, le lève couverture peut être indispensable pour ouvrir / fermer le bassin. Il peut être intégré sur le tablier du spa ou comme un équipement annexe.

Pompe de nage

Seuls les spas de nage ont une pompe de nage. Elle fonctionne sur le même principe qu’un système de nage à contre courant pour piscine, avec une pompe dédiée de 3 à 4 cv de puissance.

Le spa de nage s’adresse aux portefeuilles bien garnis. Le ticket d’entrée est proche des 25 mille euros et flirte avec les 50 mille euros dans le haut de gamme (spa bi-zone).

La technique de propulsion de l’eau varie selon les constructeurs. Le mieux est d’avoir un dispositif à écoulement laminaire car c’est celui qui se rapproche le plus de ce que l’on ressent quand on nage dans un couloir ou en eau libre.

Avec une taille mini de 4 à 5 mètres de longueur pour 2,5 mètres de large et ses 110 à 160 cm de profondeur, on se rapproche de la mini piscine. C’est donc une fonction qui intéressera uniquement les nageurs réguliers, avec suffisamment de place disponible et un budget adapté.


Derrière son côté ‘magique’, le fonctionnement d’un spa s’appuie en réalité sur des techniques maîtrisées depuis longtemps (hydraulique, mécanique, procédés d’assainissement de l’eau, électricité) et des technologies plus récentes (électronique, thermoformage). Le génie humain a fait le reste, en permettant de les rassembler pour créer un équipement dont la vocation est le bien-être à domicile.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.