Comment Préparer son Épreuve de Natation pour le Triathlon ?

Le triathlon est une pratique sportive plébiscitée depuis l’apparition de sa version moderne au milieu des années 70. Le triathlon ne cesse de gagner du terrain dans le cœur des sportifs accomplis, des amateurs et des débutants.

À l’instar des grands évènements, les compétitions de triathlon sont suivies par de plus en plus d’adeptes. Discipline complète et pluridisciplinaire, elle est d’ailleurs pratiquée par des hommes et des femmes de tous âges.

Des trois épreuves, la natation est pour la plupart des triathlètes, la plus redoutée.

C’est pour cela qu’en partenariat avec Nageur Pro, nous allons vous donner tous les conseils nécessaires pour réussir votre épreuve de natation lors de votre prochain triathlon.

Le Triathlon consiste à enchaîner trois activités sportives dans cet ordre : 1 – natation, 2 – cyclisme, 3 – course à pied. (source image : Fédération Française de Triathlon).


La Technique du Crawl en Eau Libre

La première question concerne la technique de crawl à adopter lors de votre épreuve de natation. La plupart du temps, vous allez vous entraîner en piscine pour une épreuve qui va se dérouler en eau libre. De fait, certains points vont varier.

Battement de Jambes en 2 Temps

Nous vous conseillons d’adopter un battement deux temps.

Les deux épreuves suivantes sollicitant surtout le bas du corps, cela permet de vous préserver pour le vélo et la course à pied qui vont suivre.

L’autre avantage est de rythmer votre nage pendant l’épreuve de natation. C’est ce que font la plupart des nageurs d’eau libre et de triathlon.

Mouvements des Bras Plus Courts qu’en Bassin

L’analyse de plusieurs athlètes de haut niveau montre que leur mouvement de bras est plus court que les nageurs en piscine.

L’amplitude de nage relativement faible est compensée par la cadence élevée de bras. C’est un élément essentiel de ce style de nage, à l’image d’un cycliste qui mouline sur un petit braquet sans trop se fatiguer. La faible utilisation des jambes, combinée à la faible amplitude du mouvement du bras, rend ce style économique.

En eau libre, ce style permet aussi au nageur d’être quasi constamment en appui sur l’eau. Il permet de rester bien posé dans une eau avec des remous. Alors qu’un nageur qui cherche plus la glisse et l’amplitude, risque de perdre beaucoup d’énergie et d’hydrodynamisme dans ce type d’environnement.

Préparez-Vous à une Épreuve d’Endurance

Avant de vous lancer dans l’épreuve en eau libre, vous devriez être capable de nager au moins trois à quatre fois la distance sans arrêt en piscine.

N’oubliez pas que les distances en eau libre ne sont pas équivalentes !

Pourquoi ?

Car les conditions en milieu naturelles peuvent varier, température de l’eau, vague, courants… Pour réussir le jour J, il faut anticiper une charge de travail plus grande en eau libre qu’en bassin.

Augmenter les distances permet de forger votre endurance. C’est une garantie que la fatigue ne sera pas un facteur de contre performance lorsque vous nagerez en eau libre. Ainsi vous serez performant même si les conditions climatiques font que l’épreuve dure 50 minutes, au lieu des 30 minutes que vous aviez prévues, à cause des vagues, de la pluie et du vent.

Si vous commencez à vous sentir fatigué pendant vos entraînements d’endurance, essayez de continuer à nager au même rythme tout en tirant moins fort à chaque coup.

Cela vous permettra de prendre une mini pause tout en continuant d’avancer. C’est une compétence vitale lors de votre épreuve en eau libre.

Apprendre à se Repérer

Les océans n’ont pas de drapeaux à 5 m du mur et les lacs n’ont pas de lignes d’eau.

Vous devez maîtriser l’art de vous orienter et rechercher régulièrement des points de repère au milieu de votre nage pour vous assurer que vous vous déplacez dans la bonne direction.

Lorsque vous prenez votre respiration, tournez la tête sur le côté comme vous le feriez pour respirer.

Ensuite, faites pivoter votre tête vers l’avant, en soulevant vos lunettes hors de l’eau pour regarder devant vous. Votre cou et votre menton doivent rester immergés, et le soulèvement de la tête doit être aussi rapide que possible.

Si vous relevez trop votre buste, le bas de votre corps peut naturellement se redresser. Vous pouvez compenser ce phénomène en accentuant votre battement de jambes.

Lorsque vous redressez votre tête, expirez (au lieu d’inhaler) de l’air  ou retenez votre souffle, cela réduira vos chances de boire la tasse !

Comment s’Entraîner à Respirer en Piscine ?

Il va falloir prendre l’habitude de respirer vers l’avant lors de vos entraînements en piscine.

Dans une série de 400 m crawl, vous pouvez par exemple alterner 25 m avec respiration et regard vers l’avant tous les 3 mouvements et 25 m crawl normal.

Avant de faire ceci, bien sûr assurez-vous d’avoir prit un point de repère en face de vous (arbre, horloge…).


Travaillez Sans Vous Arrêter

Pour conclure, nous vous conseillons de prendre l’habitude de nager des séries de 1000 m / 1500 m sans vous arrêter.

En effet, si vous prenez l’habitude de récupérer 30 secondes tous les 100 m, cela ne vous aidera pas à nager 800m en eau libre avec du courant.

Quoi qu’il arrive, pensez à reproduire au maximum les conditions que vous allez retrouver lors de vos prochaines courses.

Si vous souhaitez travailler votre endurance en natation, nous vous conseillons de lire cet article qui vous présentera 3 séries spécifiques endurance en natation.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.